10 objectifs du travail en autonomie à l’école

Le travail en autonomie à l’école consiste à faire participer l’élève à la construction d’un apprentissage en lui laissant la liberté de s’organiser et de se prendre en charge. Cette démarche s’enrichit par l’utilisation d’outils pédagogiques spécifiques qui ont comme point commun d’être des cadres souples favorisant au maximum le développement cognitif des élèves. La mise en œuvre de cette démarche s’accompagne d’une différenciation des contenus et des structures.

autonomie institutrice

Démarche de base du travail en autonomie à l’école

La démarche de base consiste à faire participer l’élève à la construction d’un apprentissage en lui laissant la liberté de s’organiser et de se prendre en charge à l’intérieur comme à l’extérieur du cadre scolaire. Son action porte à la fois sur le contenu et sur les processus.

  • Dans le contenu : il peut proposer des sujets ou diriger son attention vers d’autres thèmes suggérés par la présentation de documents variés.
  • Dans le processus : il peut prendre des initiatives et des responsabilités à la fois pendant la préparation et pendant le déroulement du travail.

Non seulement cette démarche est nécessaire à l’implication de la plupart des apprenants, mais encore elle a l’avantage de favoriser l’atteinte d’objectifs méthodologiques, comportementaux et cognitifs. C’est aux différents partenaires de déterminer quel type ou quelle combinaison d’objectifs seront à privilégier dans la séquence pédagogique proposée.

Les objectifs méthodologiques signifiés par le mot « travail »

En effet, La pratique du travail en autonomie à l’école permet aux élèves d’atteindre trois objectifs.

  • Acquérir les techniques opératoires de la recherche documentaire. Ces techniques constituent un ensemble complexe de savoir-faire fondamentaux interdisciplinaires. Il s’agit de savoir trouver l’information pertinente, c’est-â-dire l’information correspondant à l’objectif visé. Les élèves apprennent à chercher des informations dans les documents, à les trouver, les rassembler, les sélectionner et les classer selon un critère, à les analyser et à les synthétiser pour choisir l‘information demandée.
  • Apprendre à évaluer leur production. La prise de conscience graduelle de leurs capacités leur permettra progressivement à savoir comment s’auto-évaluer. Et ce d’autant mieux que la démarche d’auto ou de co-évaluation formative vient enrichir le cadre du travail autonome de base.
  • Savoir communiquer leur production. Les conditions dans lesquelles leur production sera communiquée varieront selon le mode de restitution choisi par l’enseignant et le public concerné.

Les objectifs comportementaux signifiés par le mot « autonomie »

Ils sont centrés sur l’épanouissement de la personnalité des élèves et leur socialisation et visent à l’apprentissage de l’autonomie.

  • Donner aux élèves la possibilité d’être actifs et de s’exprimer pour qu’ils construisent eux-mêmes leur savoir.
  • Susciter ainsi le goût et le plaisir de la recherche qui créeront ou feront surgir leur motivation.
  • Offrir aux élèves l’occasion de retrouver confiance en eux grâce à la liberté d’initiative, de créativité et à la reconnaissance explicite de leur droit à l’erreur.
  • Apprendre à travailler et à vvre avec les autres, camarades et adultes.
  • Transformer les conditions de la communication car l’enseignant partage alors son pouvoir.

Les objectifs cognitifs disciplinaires

Certainement, le travail en autonomie à l’école favorise aussi l’acquisition de savoirs spécifiques à une discipline donnée grâce à l’investissement de l’élève en énergie et en curiosité.

  • Acquérir des connaissances nouvelles de façon plus solide et durable que par un cours magistral.
  • Approfondir des connaissances déjà acquises par une recherche personnelle qui a le temps d’être fouillée.
travail en autonomie à l'école primaire

Conditions de mise en place du travail en autonomie à l’école

En fait, la mise en place de l’apprentissage autonome se déroule selon les étapes suivantes.

  • Le diagnostic initial des acquis et des besoins scolaires des élèves. Il s’effectue par rapport aux objectifs et aux combinaisons choisies. Il est souhaitable d’ajouter à ce diagnostic une exploration des centres d’intérêt et des propositions des élèves.
  • La préparation du travail. Il convient de bien définir les objectifs et d’organiser des documents plus ou moins complexes, divers et détaillés selon les élèves.
  • La détermination des conditions du travail en autonomie. Elles dépendront des réponses apportées à un certain nombre de questions. « Y a-t-il un contrat ou non ? Quelle durée, échéance ? Séances de travail autonome en alternance avec d’autres démarches ou en continu ? Travail autonome en individuel ou en groupes ? Où rechercher des documents ? Qui anime, qui participe ? Quels sont les rôles et les fonctions de chacun ? Quels supports utiliser ? Quel type de production exiger : dossier, affiche, bande dessinée, roman, programme informatique… ? Enfin, quelle évaluation ? Sera-t-elle sommative ou formative ? Sera-t-elle effectuée par l’enseignant, l’élève, le groupe, l’équipe pédagogique ou d’autres ?

Certes, pour efficace qu’elle soit, la démarche de travail en autonomie n’est pas sans susciter quelques problèmes. En effet, Cette pratique peut entraîner dans un premier temps l’accroissement de la concurrence entre élèves et se heurter au besoin de sécurisation de certains d’entre eux. Puis, elle ne peut réaliser pleinement qu’après une remise en question parfois délicate de l’enseignant par rapport à l’idée d’autonomie. Et enfin, elle nécessite du temps, de l’énergie et beaucoup de moyens matériels facilitateurs devant être présents à l’école.

4 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *