Bien planifier et choisir ses supports pédagogiques

Le professeur de français peut difficilement commencer l’année scolaire avec des constatations déjà prêtes de la dernière année. La compétence des élèves dans leur langue maternelle est extrêmement variable du fait qu’elle ne dépend pas seulement de l’enseignement qu’ils ont précédemment reçu mais aussi de leur origine sociale et de leur comportement hors de l’école : habitude de lire, d’acheter des journaux, de s’exprimer en famille, d’aller au théâtre. Tous ces facteurs doivent être pris en compte lors de la planification et même au moment de choix des supports pédagogiques.

supports pédagogiques enfants

Adapter sa stratégie à la variabilité des situations

On remarque que pour un même niveau du cursus scolaire, les élèves peuvent friser l’illettrisme ou l’expertise dans leur langue maternelle. Au professeur d’adapter sa stratégie à la variabilité des situations. Avant de construire une progression, il faut savoir d’où l’on part. C’est seulement quand les lacunes des élèves ont été identifiées et diagnostiquées que le professeur peut choisir. Ainsi, il peut mettre en œuvre le traitement le plus adéquat. Ce diagnostic sera régulièrement renouvelé et la planification constamment réajustée.

Certains professeurs de français refusent d’établir par écrit à l’avance une planification chronologique de leur enseignement. Ils savent globalement les points qu’ils aborderont, mais préfèrent ne pas en fixer l’ordre pour mieux saisir les opportunités. Par exemple, ils préfèrent aborder un point de grammaire quand le besoin s’en fait sentir, pour que les élèves en tirent un meilleur profit et approfondissent un thème culturel quand leur intérêt s’est manifesté. Il s’agit plutôt d’un contrat pédagogique impliquant élèves et professeur dans la réalisation d’un programme que d’une progression. Cela semble confirmer l’idée que la planification proprement dite ne peut se faire qu’en interaction avec les élèves. Une planification sur le papier n’a pas de sens pour les praticiens.

Toute rigidité peut être dommageable

Même si les progressions fixées par avance présentent l’avantage de réduire l’anxiété des professeurs et de sécuriser les élèves qui savent où ils vont et qui peuvent avoir le sentiment de mesurer régulièrement leurs progrès. Ce type de planification n’est pas le plus adapté à l’enseignement du français langue maternelle, qui vise moins à la transmission de connaissances indiscutables qu’à former le jugement, l’esprit critique, à donner à l’imagination et à la pensée les moyens de s’exprimer. Toute rigidité peut être dommageable dans l’étude de la langue maternelle. Ici, la pensée divergente, orientée vers la recherche de pistes ou de solutions nouvelles doit être plus souvent stimulée que la pensée convergente qui conduit à des réponses conventionnelles. L’interaction ouvre des voies qu’on n’avait pas prévues. Il faut absolument oser emprunter ces voies pour stimuler une vraie vie intellectuelle dans la classe.

L’enchaînement des différents moments d’une séance

On ne peut pas non plus prévoir l’enchaînement des différents moments d’une séance dans un ordre déterminé sans se préparer à reconstruire « à chaud » un nouvel ordre, fondé sur le dialogue. Il faut ménager la place de l’improvisation. Le professeur de français est amené à poser des questions ouvertes entraînant souvent des discussions et des débats qu’il doit gérer. Il lui faut prendre en compte les apports parfois imprévus des élèves. C’est ce qui rend les débuts de carrière si difficiles et la formation si problématique. Car les professeurs débutants ont du mal à s’écarter de leur planification rigide et lorsqu’ils se trouvent déstabilisés par des réponses d’élèves non conformes à celles qu’ils attendaient, ils ont tendance soit à les rejeter, soit à se sentir en échec parce que les choses ne se passent pas comme prévu. Ils doivent se persuader que la discussion qui oblige les élèves à argumenter et à trouver des preuves est un moment fructueux du cours de français. Car c’est par la confrontation des opinions et des interprétations que le jugement des élèves se forme.

Certains professeurs soulignent qu’un cours réalisé pour la deuxième fois fonctionne mieux que la première. Mais qu’à la troisième fois, la lassitude risque de les empêcher d’entraîner les élèves avec assez de conviction. Et de s’adapter avec assez de souplesse à la nouvelle situation pédagogique.

Ainsi, le plan d’études actif diffère fortement du plan d’études écrit. Un cours de français réussi est un moment de concordance et de collaboration entre les différents acteurs. Ce cours ne suit pas à la lettre une préparation écrite et on ne pourrait le formaliser qu’après coup en intégrant les réponses et réactions des élèves. Car l’interaction en est l’élément essentiel.

Le choix délicat des supports pédagogiques

La planification du déroulement des leçons et des séquences de cours n’est pas ce qui prend le plus de temps de préparation. C’est le choix des supports pédagogiques autrement dit des textes et des œuvres complètes, leur lecture ou relecture et leur étude approfondie qui occupent le plus longtemps les professeurs au moment où ils planifient. Ce n’est pas étonnant quand on pense qu’une erreur sur ce point pourra entraîner chez des élèves peu motivés une réaction de rejet. Inversement, un texte bien choisi en fonction des goûts des enfants et plus particulièrement de ceux d’une classe donnée assurera la réussite du cours. Et ce même si la construction didactique n’est pas très élaborée.

Les élèves peu portés à lire n’en sont pas moins sensibles au sein de la classe à l’impact d’un texte fort, à condition qu’il leur soit accessible. Ainsi, les œuvres « qui marchent » circulent de bouche à oreille dans les couloirs des établissements. Et se forme peu à peu la liste officieuse et fluctuante des « best-sellers Pédagogiques». Dans les activités d’écriture, le choix des textes est aussi primordial. En fait, ce choix dépend en grande partie l’inspiration des élèves et le plaisir d’écrire.

Au-delà des supports pédagogiques en classe

Un professeur de langue soucieux de faire progresser ses élèves ne se contentera pas de planifier le travail en classe à partir d’œuvres bien choisies. Mais, il cherchera aussi à influencer la vie culturelle des élèves en dehors de la classe. Ceci en planifiant pour chacun un programme de lectures adaptées à ses goûts et à ses compétences de lecteur. Ou encore, à conseiller certaines émissions, certains films, à organiser des sorties culturelles. C’est par cet aspect de la planification qui déborde largement le cadre de la classe que les professeurs de français influencent durablement les enfants et contribuent à l’épanouissement de leur personnalité.

La quête de la cohérence

A l’inconfort de l’improvisation et à la charge de la planification s’ajoute le poids de la culpabilité. Une série d’entretiens avec des professeurs renommés pour leur compétence fait ressortir qu’ils sont toujours à la recherche de la planification idéale et introuvable et qu’ils ont le sentiment de travailler à l’aveuglette dans l’insatisfaction et la mauvaise conscience.

En effet, les professeurs vivent mal cette exigence de cohérence toujours insatisfaite et à laquelle ils se sentent de plus en plus astreints avec le développement de modèles fortement structurés élaborés dans le cadre des épreuves de didactique instaurées aux concours internes. Pourtant, si grande que soit la cohérence de la programmation, celle-ci ne peut prétendre coïncider parfaitement avec une logique de l’apprentissage d’autant plus que les élèves ne progressent pas en français de façon linéaire. Il faut peut-être se résigner à ce que la cohérence demeure une exigence de principe, que la spécificité de l’enseignement du français et les contraintes de l’interaction ne permettent pas de satisfaire absolument dans le contexte de l’action.

D’ailleurs, la cohérence de la planification, y compris le choix des supports pédagogiques convenables, est loin d’être le seul critère de qualité d’un enseignement. La précision ou l’imprécision des termes employés par le professeur, montrant sa plus ou moins grande maîtrise de la matière, ont une incidence considérable sur les résultats des élèves.

3 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *