Education

Comment rendre intelligible une situation de formation

Les situations de médiation doivent jouer un rôle régulateur qui veut impulser l’autre vers le désir de connaître encore, c’est-à-dire impulser les régulations symboliques au cours du processus d’apprentissage. A partir de cette idée, et pour favoriser l’auto-régulation, on peut en déduire six principes pour rendre intelligible une situation de formation.

Principes d’intelligibilité

intelligibilité
  • Observer, écouter : essayer de comprendre sans préjugés, sans projections de normes préétablies ou de théories explicatives confondues avec les références.
  • Parier sur les potentialités de changement, de créativité au profit du processus en cours et des infléchissements éventuels que les interactions peuvent engager.
  • Mettre en scène les questions sans les confondre avec l’interrogation toujours désireuse d‘obtenir la solution, la réponse. Interpeller l’autre et l’autre en soi.
  • Saisir les opportunités pour impulser des remaniements et des réorientations sans culpabiliser par la mise en évidence de dysfonctionnements, de souffrances, de problèmes.
  • Rester étranger, voire indifférent, ce qui favorise l’empathie et l’écoute; sans prendre à son compte le destin de l’autre et se mettre à penser à sa place, s’effacer.
  • Se centrer sur le sens en train de se construire pour rendre intelligible, sans le fixer en un savoir, sans le dogmatiser.

Ces attitudes, malgré qu’ils stimulent l’auto-régulation, sont autant de rôles qui rendent nécessaire la présence du formateur à l’heure où certains rêvent de le remplacer par l’informatique. La formation nécessite la présence d’un formateur qui tienne la posture de l’évaluateur responsable de la formation. C’est-à-dire responsable de la communication dans une problématisation du sens.

Rôle du formateur pour rendre intelligible une situation

En fait, le formateur rend disponible la capacité des sujets en formation d’établir (d’inventer, de trouver, de créer) dans la relation formative, un champ d’illusion, un espace de transition. Cette illusion d’un espace tiers, d’un entre parenthèses, d’une faille de laquelle le formateur joue; peut s’instrumenter, pour lui, en ayant recours et au structuralisme par le dispositif ; et aussi à la symbolique comme moyen heuristique. La pensée complexe consiste d’abord à ne pas opter définitivement pour l’une ou l’autre des actualisations possibles de la régulation. Comme elle n’est pas la recherche obstinée d’un équilibre, ni d’une échappée dans une troisième voie. L’heuristique ici consiste à assumer les risques toujours possibles. Et ce n’est pas en se bouchant les oreilles qu’on peut rendre intelligible la situation. C’est donc une torsion que le formateur construit avec les deux logiques de l’évaluation.

rendre intelligible

Alors que ce qui est en jeu, dans la pratique et la conception de l’auto-régulation ; ce qui se joue dans l’évaluation comme processus de la formation ; c’est la compréhension du sens du réel. Autrement dit de l’énigme, du vide. La sagesse orientale, tout parcours initiatique, débouche sur la compréhension intime qu’il n’y a rien à comprendre et invente les moyens de le vivre. Le sens à trouver s’épuise dans la recherche du sens, son emblème est la spirale, non l’escalier.

Le formateur qui prend en considération l’auto-régulation aide par ses questions à se dépasser. Il envoie le sujet à sa propre réflexion, au plus loin de lui-même. Ainsi, la situation sera parfaitement intelligible pour tout apprenant. Rendre intelligible une situation de formation c’est en fait; renvoyer l’autre au plus loin de lui-même, défier les possibles de l’autre, c’est bien l’essentiel du pari de la formation.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!

Adblock détecté

Veuillez désactiver Adblock sur votre navigateur. Merci