Compétences musicales chez l’enfant innées ou acquises

Le cerveau est un univers qui regorge de trésors. Il est capable de traiter tous types de données pour acquérir des compétences. La musique est une faculté spécifique qui ne demande qu’à s’exprimer dans tous les cerveaux adultes ou enfants. Mais comment ce savoir se construit-il ? Certains enfants semblent montrer des prédispositions dans le domaine des compétences musicales. Ce sont des faits réels ou des illusions ?

Compétences musicales

Le cerveau est une masse informe qui ne demande qu’à se structurer

En fait, les compétences musicales chez l’humain sont très particulières. Nous utilisons le chant de manière naturelle et le mouvement métronomique rythme notre corps. Le cerveau est un organe qui se développe au fur et à mesure de notre existence. La musique imprègne notre tète. A partir de la, le cerveau réagit à ce stimulus et s’harmonise pour nous permettre de développer ces capacités qui sont de l’ordre de la spécialisation. Dès les premiers instants de la vie, il capte les signaux musicaux et se les approprie. Lors de la naissance, le cerveau est une masse informe qui ne demande qu’à se structurer. Elle se présente comme de la pâte à modeler plongée dans un liquide. Celui-ci sert de protection pour la boite crânienne. En cas de choc, il peut l’amortir. Cette substance s’appelle le liquide cérébro-spinal.

Un deuxième liquide est très présent dans le cerveau, l’eau. Sans elle, le cerveau ne pourrait pas fonctionner. Cet or bleu constitue quatre-vingt pour cent de la matière cervicale. Cette masse comprend environ 100 milliards de cellules exploitées en vue de la construction du cerveau. Ces cellules présentent de nombreuses connexions à la naissance. Certaines de ces connexions vont disparaître pendant que d’autres vont s’affiner et s’affirmer pour que le cerveau soit plus fonctionnel et efficace. C’est ce qui va permettre la spécialisation du cerveau et l’acquisition de compétences particulières. Les connexions entre les cellules sont importantes. Elles offrent au cerveau, la possibilité de construire un raisonnement. Sans elles, la pensée ne peut se former.

Le développement de l’enfant dépend de l’environnement dans lequel il évolue

Les changements de connexions se font grâce à l’exposition de l’enfant au monde. Plus un enfant est stimulé, plus il élabore de connexions intelligentes et efficaces. C’est pourquoi l’attention que vont porter, sur l’enfant, les personnes qui l’encadrent, est importante. Le développement de l’enfant dépend de l’environnement dans lequel il évolue. Cela est visible dans l’apprentissage des compétences musicales ou autres. Pendant longtemps, les scientifiques ont cru que les enfants naissaient avec la connaissance d’une langue, a priori divine. Pour prouver cette hypothèse, plusieurs expériences faites pour savoir quelle langue, ils parleraient d’eux-mêmes. Ils furent isolés pour qu’ils ne soient pas influencés. Les nourrices eurent interdiction de leur parler et ne s’occupaient d’eux que pour les soins strictement nécessaires. Malheureusement, tous les nourrissons moururent. II fut ainsi mis en évidence qu’un enfant a besoin d’affection, d’attention et de communication verbale pour vivre.

L’ouïe est le premier sens développé chez le nourrisson. L’oreille externe se dessine des la huitième semaine de grossesse. Les os vibratoires de l’oreille se forment aux alentours de la quinzième semaine. C’est pendant le cinquième mois, après la maturation du cerveau que le bébé commence à prendre en compte les stimuli auditifs. Un prématuré de six mois répond aux stimuli sonores par l’augmentation de son rythme cardiaque.

Les compétences musicales sont innées ou acquises ?

Depuis longtemps, les chercheurs se querellent sur les notions d’inné et d’acquis. Avec quel bagage le cerveau arriverait-il sur terre ? La difficulté est de discerner ce qui est pré-formaté dans le cerveau de ce qui ne l’est pas. La même question se pose en musique. Les structures musicales que nous utilisons couramment sont-elles des éléments que notre cerveau accepte, considère comme familier parce qu’il y a un endroit dans le cerveau formaté pour ce genre de structure ?

Certains chercheurs penchent pour la présence d’une musique à caractéristiques universelles. Toutefois, il est toujours difficile de discerner ce qui est culturel ou ce qui serait universel. Si la signification d’un comportement diffère selon les sociétés et les communautés. Ce comportement est donc acquis et non inné. Malgré la bataille inné/acquis, en ce qui concerne les compétences linguistiques et langagières, tous les enfants naissent avec des connexions qui leurs permettent d’acquérir des compétences spécifiques comme l’oreille absolue. Leurs oreilles sont capables de discerner à la naissance toutes les fréquences audibles par l’oreille humaine, entre 20 et 20 000Hz.

Il est facile de faire un parallèle avec l’apprentissage des langues. Chaque langue a des caractéristiques particulières, tout comme la musique utilise un nombre important de fréquences. Un enfant qui grandit dans un environnement bilingue, est capable de parler les deux langues, car il conserve la capacité de capter les spécificités linguistiques de chaque langue. Le Français, par exemple, possède le son “u” soit [y] en alphabet phonétique international ou encore les voyelles nasalisées (on, en, in), absent de la langue italienne. Les habitants de la péninsule italique ont de ce fait, des difficultés à prononcer ces sons car ni le cerveau ni le corps n’y sont habitués. Ils rencontrent alors une difficulté articulatoire.

Compétences musicales chez l'enfant

La phase passive des compétences musicales

En effet, c’est par le même phénomène que le double coup de langue, lors de la pratique de la flute traversière, se réalise de manière différente selon les pays. Cela dépend de l’habitude articulatoire de chacun. Le but étant de gagner en vitesse de production, le corps va prendre la combinaison qui lui est la plus facile et donc la plus appropriée. Les occidentaux utilisent une musique basée sur le chromatisme. Les musiques qui présentent des quarts de ton et des intervalles inférieurs alors difficilement discernables par des oreilles non adaptées a ces micros intervalles.

On dit souvent que les russes natifs très doués pour l’apprentissage des langues. Cela s’explique par les nombreuses spécificités de leur langue. En grandissant, soit ces connexions spécifiques sont stimulées et dans ce cas elles sont conservées. Soit le cerveau considère qu’elles sont inutiles car peu exploitées. Et, dans ce cas, elles disparaissent, d’ou la difficulté à entendre les micros intervalles.

Contrairement aux petits neuro-typiques, les enfants autistes conservent cette spécificité. Ils continuent à dissocier tous les sons. Les enfants exposés très jeunes à la musique montrent d’étonnantes capacités dans ce domaine. Si les connexions utilisées de manière intensive, elles vont se densifier et devenir de plus en plus efficaces. C’est pourquoi les enfants de musiciens ont souvent l’oreille absolue. Le développement des compétences musicales passe d’abord par une phase passive. Le fœtus réagit déjà à la musique lors de sa vie intra-utérine. II est capable de reconnaitre alors une musique, après la naissance, qu’il a entendue in utéro. C’est pourquoi, écouter, sans modération, de la musique avec son enfant est une excellente façon de développer ses capacités.

Review Overview

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *