Dysphasie et autres troubles du langage oral chez l’enfant

Souvent, on considère que l’essentiel du langage s’acquiert entre trois et six ans. II y a trouble quand le langage oral s’écarte des normes reconnues. Ces normes restent discutables, le langage devra être évalué en fonction de critères relatifs à l’enfant observé (anamnèse, histoire familiale,…) car généralement, les troubles du langage oral sont fortement imbriqués dans un déséquilibre global du développement.

Le trouble d’articulation

Il se situe au niveau du phonème, c’est-à-dire du bruit considéré isolément. Le trouble d‘articulation est une erreur permanente, systématique et inconsciente dans l’exécution des mouvements à accomplir pour produire un phonème déterminé. L’enfant n’ayant pas alors trouvé le mouvement ou la position convenables pour l’émettre. Ces troubles du langage oral apparaissent souvent sur les consonnes, plus complexes que les voyelles. Par exemple :

  • Suppression de toutes les consonnes : « ao » pour « chapeau »
  • Remplacement de toutes les consonnes par une seule d’entre elles: « kaki » pour « parti »
troubles du langage oral

Le retard de parole

Il se situe dans les voies auditives et dans les voies cérébrales de réception et de perception auditive. Le trouble de la parole, parmi les troubles du langage oral, résulte soit d’une déficience dans la perception du mot (les signaux représentatifs de certains phonèmes composant la syllabe ou le mot seront ainsi omis ou l’ordre de succession de ces phonèmes ne sera pas respecté). Soit d’une déficience dans la représentation mentale du mot. Au moment d’émettre le mot, l’enfant sera incapable de se référer à une représentation complète. Par exemple:

  • Suppression dans le mot de certaines consonnes: « ebe» pour « herbe», « pati » pour « parti »
  • Remplacement d’une consonne par une autre : « chercer » pour « chercher », « firm » pour « film »

Généralement, l’enfant qui présente ce trouble est capable d’articuler correctement les phonèmes simples lorsqu’ils sont isolés. Très souvent, le retard de parole s’intègre à un retard de langage. Parfois à des difficultés d’organisation temporelle (durée, succession, rythme).

Le retard de langage

Il se manifeste principalement chez l’enfant de moins de cinq ans. Il se caractérise par un trouble de l’ordination des mots dans la phrase et de leur valeur sémantique. Cet enfant, particulièrement sociable, comprend ce qu’on lui dit mais est incapable de parler correctement. Parler bébé, agrammatismes, confusion ou absence de pronoms personnels, omission des mots de liaison, lexique pauvre, absence ou confusion des marqueurs temporels… Le retard de langage s’accompagne souvent d’un retard moteur, d’un graphisme mal maîtrisé, d’un schéma corporel peu intégré. Généralement, il est révélateur de troubles affectifs importants (carence parentale, surprotection,…), ou alors d’antécédents péri ou post natals ou d’antécédents d’otites. Comme d’autres troubles du langage oral, le retard de langage peut se réduire dès l’âge de six ans.

La dysphasie

Pour J. de Ajuriaguerra et D. Marcelli ce sont des « perturbations ou troubles du langage oral chez un enfant qui ne présente ni arriération intellectuelle, ni surdité profonde, ni organisation psychotique ». La dysphasie persiste bien au-delà de six ans. Sur le plan linguistique, on trouve un désordre de la perception auditivo-verbale souvent inférieure à celle d’un enfant de deux ans. On constate un déficit important de l’organisation spatio-temporelle. L’enfant dysphasique échoue dans les épreuves de logique, il peine à trouver la structure d’un récit. Aussi, il rencontre des difficultés pour reproduire des syllabes, répéter des phrases.

À l’école, dysphasie et dyslexie présentent un tableau similaire. Échec massif en lecture (tant en combinatoire qu’en compréhension), accès réduit aux activités d’abstraction. Pour conclure, nous soulignerons les incertitudes qui président au diagnostic de dysphasie. Le terme de dysphasie recouvre une très grande variété de déficits dont on sait seulement exclure les troubles dus essentiellement à la composante articulatoire.

troubles du langage enfant

Parmi les troubles du langage oral, l’audimutité

C’est l’absence de langage chez des enfants de six ans et plus. L’indifférence aux stimulations sonores s’observe comme chez l’enfant autiste mais l’audimutique pourra réagir, chercher à communiquer gestuellement. Bien que l’origine de l’audimutité reste incertaine, on peut la définir comme une dysfonction cérébrale congénitale dans le circuit auditif, entraînant des limitations importantes, notamment aux plans de la discrimination des sons (liée à la longueur des sons plutôt qu’à leur intensité ou à leur tonalité), de l’orientation temporelle et du développement du langage et de la parole.

Psychose et troubles du langage oral

En général, les formes précoces de la psychose chez l’enfant s’accompagnent d’un retard important dans l’apparition du langage. On trouve également des troubles de la compréhension verbale et un désintérêt complet pour le monde sonore. Au premier abord, cet aspect peut être source d’erreur. Confondre enfant psychotique et enfant sourd. D’autant que la distinction reste difficile à cerner entre surdité et autisme. C’est l’examen audiométrique qui fera la différence. Mais il n’est pas simple à mettre en œuvre car l’enfant psychotique réagit diversement aux sollicitations sonores. En effet, il peut rester impassible face à des bruits de grande intensité mais réagira à une stimulation presque imperceptible. Dans de nombreux cas, l’enfant psychotique présente quelques anomalies du discours :

  • l’écholalie. Comme un perroquet, l’enfant répète les mots et les phrases formulées en sa présence
  • Le soliloque. Monologue parfois incohérent
  • La schizophasie. Mots connus et néologismes sont mélangés pour former un énoncé incompréhensible
  • Les stéréotypies verbales. Répétition de mots et de phrases incongrus
  • Le mutisme, les anomalies de la syntaxe (proche de celle d’un très jeune enfant)
  • Les altérations de la voix (artificiellement altérée ou au contraire monocorde),
  • Les troubles du langage oral liés au débit articulatoire (haché, accéléré, ralenti, irrégulier).

Au contraire, certains enfants dont la psychose est apparue plus tardivement, présentent un langage très élaboré. C’est alors probablement, une tentative de mise à distance des rapports affectifs par la sublimation du langage.

Review Overview

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *