Echanges personnels enseignants – élèves au 1er cycle

Plusieurs travaux de sociolinguistique, un peu anciens à présent, ont montré comment l’enfant apprend à parler dans les interactions langagières avec ses proches, dans son milieu familial. Des stratégies pédagogiques ont pu s’inspirer de ces travaux pour tenter d’agir sur les inégalités constatées chez les élèves au plan de la maîtrise de la langue. Et c’est ainsi qu’au cycle 1 particulièrement, les séances collectives ont pu être critiquées au profit des seuls dialogues individualisés avec les enfants les plus en difficulté. Quels sont en fait les moments opportuns d’échanges personnels entre l’enseignant et l’élève ?

échanges personnels premier cycle

Tout d’abord, l’accueil

Le tout premier moment de rencontre est cet instant privilégié de l’accueil à l’école maternelle. L’accueil représente le passage des mains de la famille à l’entrée dans le monde de la collectivité. Il est alors primordial de créer le lien entre ces deux mondes par une attitude particulièrement attentive. Il y a d’abord l’échange de civilités, qui varie selon l’éducation des enfants, et le type de relations installées entre l’enseignant et l’enfant, Cela peut aller du simple «Je mange à la cantine aujourd’hui » au « Bonjour, maîtresse, pourquoi tu t’es fait belle ? », suivi de gros bisous sonores. L’enseignant salue également le (ou les) accompagnateur(s) des enfants et demande des nouvelles. C’est un moment où l’enfant existe en tant qu’individu, tout en ayant sa propre vie hors de l’école.

Le temps de parole personnelle

C’est celui qui précède les activités collectives, où chaque enfant choisit une activité (dessins, puzzles, petites voitures…). L’enseignant est en général sollicité par les enfants, surtout en début d’année, quand ils découvrent de nouveaux jeux de société et qu’ils souhaitent les utiliser. Les échanges personnels sont alors très variés. Ils vont de discours explicatifs (règles des jeux, dialogues sur des règles à inventer), aux discours narratifs portant sur des éléments présents dans les jeux. Les enfants parlent aussi de leur vécu et l’enseignant essaie d’engager des conversations avec ceux qui ne participent pas beaucoup en grand groupe. Cela peut se dérouler autour d’un album, avec les jeux de construction, dans n’importe quelle activité. On peut mettre en place un pôle attractif et incitateur avec des photographies, des objets insolites, de nouveaux jeux, etc.

Les temps d’habillage et de déshabillage, moments d’échanges personnels

La dépendance motrice du jeune enfant de l’école maternelle fait que, plusieurs fois au cours de la journée, l’enseignant se trouve en contact direct avec l’enfant. Ce sont des soins de type familial qui favorisent des conversations plus particulières. Spontanément l’enfant évoque sa famille et il n’est pas rare que les voisins se mêlent de la conversation. Pour conduire un enfant silencieux vers des échanges personnels, l’enseignant peut parler de ses vêtements, de la personne qui l’habille à la maison. Il peut se tromper d’habits pour susciter une réaction.

Les moments de changement de formation

Ce sont tous ces moments informels où on attend que tout le monde se range, que chacun retrouve son groupe. Ce sont ces passages de grand groupe à petits groupes et inversement. Certains enfants saisissent cette occasion pour dire qu’ils n’ont pas compris ce qu’il fallait faire, pour demander à aller aux toilettes, pour réclamer un mouchoir. L’enseignant est alors très réceptif et disponible pour aider ces enfants à s’exprimer.

échanges personnels enseignants

Les moments d’étayage individuel

Les enfants qui parlent peu nécessitent une attention particulière. Ils n’ont pas toujours besoin de la présence de l’enseignant pour mener une tâche. Et ce dernier est souvent mobilisé par d’autres enfants. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de ne pas les oublier. Et de venir échanger au moins quelques mots en dehors des moments de tâches verbales. Dans ce type d’exercice, il suffit de réunir les enfants par niveau de compétences orales langagières ; d’en réduire le nombre et d’y consacrer plus de temps.

Enfin, les échanges personnels au cours de la récréation

« Tu me le diras à la récré ». Phrase bien connue des enfants qui monopolisent la parole. Et qui peuvent parler de leur vie personnelle pendant un temps illimité au détriment de la parole des autres. Ces beaux parleurs, sans doute bien écoutés à la maison, ne viennent pas souvent poursuivre leur discours. Ou alors, ils l’écourtent, ce qui donne à l’enseignant la liberté d’appeler d’autres enfants juste pour se dire quelques mots. Les incidents dans les cours de récréation ne manquent pas, et les appels à témoins abondent. Les discours explicatifs et narratifs prennent alors tout leur sens.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!