Éducation constructive des enfants à apprentissage lent

De même, les enfants à apprentissage lent, qu’ils suivent un enseignement spécial ou ordinaire, sont souvent considérés comme tout simplement stupides pour des raisons principalement génétiques. Ils sont « nés comme ça» et destinés à rester inférieurs. A devenir en quelque sorte des citoyens de deuxième classe. Même quand il est manifeste que leur lenteur intellectuelle résulte de la pauvreté de leur milieu ou est une conséquence secondaire d’une autre déficience.

Parfois, on peut effectivement avoir l’impression qu’il est vain d’attendre même une légère amélioration. Mais on peut toujours se tromper lorsqu’on admet que l’aptitude à apprendre est prédéterminée. Un programme et une méthode axés sur des objectifs qui, tout en restant réalistes, impliquent que l’on juge les élèves capables d’obtenir progressivement de meilleurs résultats plutôt qu’une forme ou une autre de ségrégation simpliste marquant leur différence et leur infériorité ont des chances de les amener à un meilleur niveau de fonctionnement grâce à une éducation constructive.

Souvent, le problème est celui de l’image de soi que l’enfant construit peu à peu en se comparant aux autres. En analysant ses succès et ses échecs et en se fondant sur sa perception de l’opinion de ses enseignants et parents. Si l’école se borne à mettre l’accent sur la compétition intellectuelle. En particulier dans des domaines comme la lecture et le calcul. Quelques critères exclusifs de succès ou d’échec qui vouent certains élèves au désastre seront manifestes pour tous les enfants. Très tôt dans leur vie, les enfants établissent entre eux une hiérarchie fondée sur les objectifs que le maître paraît valoriser. De sorte que tout décalage entre les attentes apparentes du maître et les espoirs de succès que peut raisonnablement nourrir l’enfant risque de devenir douloureux. Et d’avoir un effet négatif sur l’idée qu’il a de lui-même.

Les compétences particulières de l’enseignant

éducation constructive

Si le maître réduit visiblement ses attentes en ce qui concerne certains enfants. Et en particulier s’il semble ainsi rejeter les élèves à apprentissage lent. Ou peut-être, ce qui est pire, s’attendrir sur eux l’enfant risque de se conformer à cette image de lui. Ce problème de l’ajustement des attentes aux possibilités réelles de chaque élève. De définition, pour chaque groupe, d’objectifs pédagogiques caractérisés par des différences. Et une diversité manifestement acceptables est peut-être le plus crucial. Notamment du point de vue de la santé mentale, de tous ceux qui se posent aux éducateurs. Il est essentiel, notamment, pour l’éducation constructive de tous les types d’élèves.

Pour définir des objectifs appropriés et positifs, il faut admettre que les élèves à apprentissage lent. Même si leurs difficultés cognitives sont la conséquence d’un autre handicap, ont des besoins spécifiques. Et exigent de l’enseignant des compétences particulières. C’est sur le plan verbal et, ultérieurement, pour toutes les opérations qui exigent un raisonnement abstrait, que leurs difficultés tendent à être les plus marquées et les plus générales. En conséquence, le programme devrait, à des degrés divers, correspondre à une évaluation graduelle de leurs potentialités. Et à une étude suivie et bien informée de leurs progrès, se fonder sur le raisonnement concret, les exercices pratiques. L’acquisition du savoir-faire manuel et le développement de l’autonomie sociale.

2 of 2Après
Utilise ces boutons pour naviguer

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!