Isolement social chez l’enfant comment former une compétence sociale

Des termes tels que timide, apathique, retiré, passif, immature et dépendant ont été utilisés pour décrire les enfants isolés, mais sans spécifier adéquatement les référents comportementaux. Cette confusion de termes est largement due au fait qu’il existe deux définitions de l’isolement social. L’une conceptualise ce problème par “retrait social“, défini par une fréquence d’interaction avec les pairs relativement basse. Tandis que l’autre conceptualise l’isolement par des bas niveaux d’acceptation par les pairs ou de hauts niveaux de rejet, en utilisant des mesures sociométriques. Ces deux définitions ont produit deux littératures entièrement différentes concernant les interventions employées envers les enfants isolés.

compétence sociale

L’isolement social : Rejet ou retrait ?

De nombreux auteurs ne font pas la distinction entre isolement, rejet et retrait social et que ce n’est qu’au cours de la lecture de leur texte que l’on peut savoir de quel type de comportement il s’agit. Dans son étude auprès d’enfants isolés âgés de 3 ans et demi à 5 ans, Scarlett a relevé certaines caractéristiques se rapportant à ces enfants. Notons cependant que l’auteur ne fait pas de distinction entre ceux retirés socialement et ceux rejetés par leurs pairs.

  • La majorité des comportements sociaux des enfants isolés envers leurs compagnons étaient positifs. Mais moins nombreux que dans le cas des non isolés. Toutefois, les pairs avaient moins de comportements sociaux envers les isolés et démontraient un pourcentage significativement plus élevé de comportements négatifs qu’envers les autres enfants.
  • Les enfants isolés agissaient plus en tant que spectateurs et s’engageaient moins dans des jeux associatifs que les non isolés. Souvent, les enfants isolés contribuent activement à leur propre isolement. En effet, les interactions sociales de l’enfant sont toujours supportées par des jeux ou des activités. Lorsqu’un enfant reste inoccupé ou agit en spectateur, il ne permet pas de possibilité d’interaction initiale de la part des pairs.
  • Les enfants isolés n’essaient pas de structurer ou d’influencer le comportement de leurs compagnons, même lorsqu’ils interagissent avec eux.

Il n’existe pas assez d’évidence dans la littérature ou provenant des diverses études démontrant que les enfants à isolement social sont plus égocentriques. Et moins attentifs à leurs pairs que ne le sont les non isolés. En fait, le comportement des enfants isolés peut être fonction de la façon avec laquelle ces enfants imaginent leurs pairs. Par exemple en tant que généralement hostiles.

Le retrait social                 

L’enfant présentant un trouble de retrait social est différent de celui qui est réticent socialement. L’enfant réticent est lent à répondre affectueusement aux étrangers. Mais ne souffre pas de complications dans ses relations avec les pairs, autrement dit d’isolement social. Après une courte période, il répond aux étrangers de façon plus chaleureuse.

isolement social

Le retrait social se définit comme un comportement inhibé ou restrictif qui peut nuire à l’apprentissage de l’enfant. On retrouve une catégorie appelée trouble d’évitement. Lequel peut être indiqué par une inhibition de l’activité motrice ou de l’initiative. L’enfant désire clairement de l’affection, de l’acceptation. Ainsi que des relations avec les membres de sa famille qui sont chaleureuses et satisfaisantes. Par contre, il devient anxieux et pleure quand il est devant des étrangers. Et fait preuve de timidité persistante et excessive.

En fait, on peut diviser les enfants en trois groupes (isolé, normal, sociable). Trois caractéristiques principales sont à relever :

  • Le jeu des enfants retirés socialement est moins mature cognitivement que celui des enfants normaux et sociables. Les premiers s’engagent aussi dans moins de jeux sociaux. Plusieurs théoriciens ont suggéré que la qualité du jeu de l’enfant reflète et sert à développer les habiletés sociales et cognitives requises pour que l’enfant puisse s’engager dans des jeux sociaux.
  • Les données sociométriques indiquent que les enfants isolés sont aussi populaires auprès de leurs pairs que les autres enfants plus sociables. Cependant, il est certainement difficile pour les pairs d’avoir un jugement extrêmement positif ou négatif, vis-à-vis d’un enfant “invisible”. C’est ce qui fait que les enfants souffrant d’isolement social ne sont ni acceptés, ni rejetés par leurs pairs, mais plutôt ignorés.
  • Les enfants retirés socialement ont tendance à se parler à eux-mêmes, d’une façon plus égocentrique.

La compétence sociale

La compétence sociale peut être définie comme : ces réponses qui, dans une situation donnée, rendent efficaces et maximisent la probabilité de produire, maintenir ou augmenter des effets positifs avec 1’interlocuteur.

Sans présenter une définition précise et complète de la notion de compétence sociale, la littérature fournit une bonne idée des caractéristiques nécessaires pour que l’enfant soit compétent dans ses relations sociales.

Pour éviter l’isolement social, résultant de rejet et/ou de retrait social, l’enfant doit savoir comment attirer et soutenir l’attention des adultes par des moyens socialement admis. Les enfants ayant une compétence sociale capables de tirer avantage des ressources offertes par les adultes. Et de leur témoigner autant leur affection que leur hostilité. Ces enfants s’entendent bien avec les autres enfants. Ils se montrent fiers de leurs propres succès et manifestent le désir de se conduire comme des grandes personnes. Ils font aussi un bon usage de la parole, témoignent d’un bon éventail d’aptitudes intellectuelles. De plus, ils peuvent planifier et exécuter des activités complexes. Enfin, ils sont capables de porter attention à une tâche donnée. Tout en demeurant conscients de ce qui se passe autour d’eux.

3 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!