L’éducabilité cognitive intérêts et limites

La focalisation sur l’éducabilité cognitive a permis de mettre en avant l’importance des facteurs d’ordre cognitif dans les difficultés que pouvaient rencontrer les élèves. Ces facteurs étaient peu pris en compte par les praticiens. L’application des théories cognitivistes paraissait difficile même si elle pouvait guider la réflexion des enseignants.

l'éducabilité cognitive

Importance de la mise en œuvre de l’éducabilité cognitive

Il semble maintenant que, même si les méthodes de remédiation sont interpellées, on ne puisse plus nier l’importance de la mise en œuvre des opérations intellectuelles dans la résolution des exercices. Loin de nous l’idée de prétendre que toutes les difficultés sont explicables par le seul niveau cognitif. Cependant, ce facteur fait désormais partie de la description de l’élève en échec scolaire. Il apparaît clairement qu’une partie de l’hétérogénéité des élèves, laquelle pose aux enseignants un énorme problème, constituée par l’hétérogénéité cognitive. Et qu’on ne peut passer sous silence le fait que certains élèves n’ont pas atteint le développement cognitif qu’on serait en droit d’attendre compte tenu de leur âge. L’idée qu’âge mental et âge réel puissent ne pas être liés se fait jour, ce qui permet aux enseignants de poser un regard nouveau sur leurs élèves.

L’accent est également mis sur les modalités de résolution des exercices. En fait, le premier objectif assigné au collège était de développer la pensée logique, ce qui imposait donc de se centrer sur les modes de pensée des élèves. Ce qui apparaît de plus en plus important, c’est le processus par lequel est passé l’élève et non le résultat final. Mais, pour étudier finement ce processus, l’analyse de la tâche s’avère un détour nécessaire. Elle fournit à l’enseignant un référent pour situer les modes de résolution utilisés par les élèves.

La modification du statut de l’erreur

L’erreur voit également son statut se modifier. Elle n’est plus nécessairement à éliminer, mais devient un signe précieux pour mieux comprendre les difficultés auxquelles se heurte l’élève. On commence à admettre que, dans le développement intellectuel, l’erreur est un passage obligé et que c’est parce que l’élève rencontre une difficulté, qu’il ne trouve pas la solution, qu’il pourra mettre en œuvre le processus assimilation-accommodation. Les méthodes d’éducabilité, en montrant l’intérêt de l’erreur, ont contribué à modifier son image auprès des enseignants. Mais là encore, cette erreur, pour l’interpéter correctement, nécessite au préalable une analyse cognitive de la tâche.

Un moyen de formation pour l’enseignant

Un autre intérêt des méthodes d’éducabilité cognitive est qu’elles représentent un moyen de formation pour les enseignants. Elles constituent indéniablement une formation de formateurs qui rejaillit bien au-delà de la pratique d’un type de remédiation cognitive donné. Suivre un stage en éducabilité cognitive permet, aux dires mêmes des enseignants, de porter un autre regard sur ses élèves, de mieux interpréter leurs erreurs, et donc de modifier sa pratique. Après avoir animé un atelier de remédiation, les enseignants signalent qu’ils n’enseignent plus de la même façon.

Le courant de l’éducabilité a contribué à diffuser un certain nombre de thèmes pédagogiques qui permettent la modification de la pratique des formateurs comme des enseignants. En insistant sur un certain nombre de principes pédagogiques. Centration sur l’apprenant, participation active de celui-ci dans l’élaboration de ses modes de raisonnement, verbalisation de sa stratégie. Rôle de la prise de conscience, importance du formateur en tant que médiateur. Il a permis leur diffusion dans l’enseignement disciplinaire. Certes, ces principes déjà prônés pour la plupart d’entre eux dans la formation continue. Ils n’ont donc rien d’innovant en soi. Mais la nécessité de les mettre en application lors de l’animation des séances de remédiation a permis leur diffusion dans l’ensemble des cours. Même si les enseignants n’animent plus d’ateliers de remédiation, ils continuent à s’appuyer sur leurs principes dans la quotidienneté de leur classe.

méthodes d’éducabilité cognitive en classe

Ce qu’on reproche aux méthodes d’éducabilité cognitive

Néanmoins, un certain nombre de critiques ont émergé, portant en particulier sur le type de support servant à l’apprentissage et sur le transfert.

On a reproché à ces méthodes de ne pas s’appuyer sur des contenus disciplinaires et donc d’être sans contenu. Il est évident qu’on ne peut raisonner à vide et qu’un support, quel qu’il soit, est indispensable. Aussi la querelle à propos du support de l’apprentissage nous paraît être une fausse querelle. En effet, les exercices ont le plus souvent un habillage faisant référence à la vie quotidienne afin d’éviter de faire appel à des pré-requis que ne posséderaient pas les apprenants. Mais un enseignant connaissant bien son public peut tout aussi bien utiliser comme support un exercice de français, de mathématiques ou d’éducation physique.

L’important dans l’utilisation d’un exercice est d’en faire l’analyse cognitive afin de définir très exactement les opérations intellectuelles en jeu. Si l’enseignant devient capable de réaliser cette analyse, il peut alors prendre comme base un exercice disciplinaire. On peut même supposer à terme que les exercices qu’il donne de manière habituelle peuvent remplacer ceux proposés dans le cadre de la remédiation. Mais, encore une fois, ceci n’est possible que parce que l’enseignant maîtrise l’analyse de la tâche.

Cependant, il ne paraît guère possible de procéder à une remédiation cognitive dans le cadre habituel de la classe avec des exercices purement scolaires. Certaines opérations, afin d’être mieux travaillées, nécessiteront sans doute des supports variés. De plus, des supports de vie quotidienne permettent une motivation et un travail sur le transfert.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!