L’éthique professionnelle et La responsabilité des enseignants

L’éthique professionnelle enseignante est particulièrement exigeante à cause du rôle de formation que jouent les enseignants. On attend d’eux qu’ils soient des adultes significatifs pour les jeunes et qu’ils favorisent leur socialisation. C’est la raison pour laquelle l’éthique professionnelle peut aller jusqu’à recommander certains comportements et juger que certains autres constituent des manquements à l’éthique. Ainsi, la violence par exemple est inacceptable en classe, qu’elle soit le fait des élèves ou de l’enseignant.

éthique professionnelle

La responsabilité éducative des enseignants

D’habitude, c’est la morale ou la déontologie qui joue un rôle prescriptif. Mais en l’absence actuelle d’une morale ou d’une éthique enseignante explicite et d’un code officiel de déontologie, il importe de préciser dans chaque classe des éléments relatifs aux normes de comportement. Les enseignants ont un rôle particulier à jouer dans la société. Celui d’éduquer les jeunes, et c’est en raison de ce rôle spécifique que l’éthique professionnelle les concerne de façon particulière. Le mandat confié par la société au personnel enseignant est à la fois ample et important. Il concerne en fait la formation des citoyennes et citoyens de demain. C’est ce que rappellent sans cesse les textes officiels du ministère ou d’autres organismes éducatifs.

Les enseignants sont concernés par l’éthique professionnelle en raison du rôle essentiel qu’ils assument auprès des jeunes et des responsabilités qui en découlent. Certes, ils ne sont pas les seuls dans la société à permettre l’accès à l’information aux jeunes. Les divers médias jouent un rôle important à cet égard. Et ils ne sont pas non plus les seuls éducateurs puisqu’ils partagent cette fonction avec d’autres professionnels et avec les parents. Mais, en tant qu’acteurs sociaux, ils ont un rôle particulier à assumer. C’est la reconnaissance de l’importance de ce rôle qui amène à considérer qu’ils sont éthiquement interpellés.

La professionnalisation de l’enseignement

À ces considérations éducatives générales, il faut ajouter le mouvement de professionnalisation de l’enseignement qui s’est développé depuis quelques décennies. Il est passé de la professionnalisation de l’acte d’enseigner à la professionnalisation de la fonction enseignante, pour se concrétiser maintenant dans la définition de l’enseignant comme professionnel. Or, les professionnels se définissent par leurs compétences de spécialistes autant que par leur éthique professionnelle explicite. La professionnalisation amène à la fois une meilleure reconnaissance de la fonction enseignante et de plus grandes exigences envers les enseignants.

En devenant des professionnels, les enseignants gagnent en autonomie et en considération sociale. Mais ils sont également soumis à des exigences éthiques plus explicites. Les préoccupations relatives à l’éthique professionnelle sont indissociables de la professionnalisation. On demande aux enseignants d’être de plus en plus des professionnels responsables et de développer des compétences professionnelles clairement définies dans les référentiels de formation initiale et continue. La compétence éthique fait partie de ces compétences professionnelles dont l’acquisition. Le développement, le maintien au cours de la carrière et l’évaluation sont désormais obligatoires. Pour autant il ne faudrait pas croire que la préoccupation relative à l’éthique professionnelle est une réalité nouvelle dans le monde de l’enseignement. Plusieurs codes d’éthique préalablement rédigés par des associations enseignantes. On voit ici le passage d’une vocation à une profession.

La compétence relative à l’éthique professionnelle

Le mouvement de professionnalisation de l’enseignement est inséparable des réformes de l’éducation. Cette transformation majeure poursuit un double objectif. Améliorer la qualité de l’apprentissage des élèves, envisagé comme le développement de compétences. Et améliorer la qualité de l’enseignement par le développement et la consolidation des compétences professionnelles du personnel enseignant.

Dans le premier cas, les programmes d’enseignement du
préscolaire, du primaire et du secondaire ont été modifiés et structurés selon une approche par compétences disciplinaires et transversales. Dans le second cas, la formation à l’enseignement revue et redéfinie afin de qualifier davantage les compétences professionnelles nécessaires à l’exercice de la profession.

L’acquisition de la compétence consacrée à l’éthique professionnelle devrait permettre à chaque enseignant d’agir de façon éthique et responsable dans l’exercice de ses fonctions. Deux éléments importants sont à considérer. Le premier est que la formation des maîtres doit les amener à agir d’une certaine façon: d’une façon éthique. L’éthique n’est alors pas seulement un domaine théorique. C’est une façon d’agir et de vivre.

Le second est que l’éthique est inséparable de la responsabilité. Toute une partie de l’éthique s’est, en effet, développée depuis quelques années autour de la notion de responsabilité. Ainsi, les enseignants sont incités à agir de façon responsable. C’est-à-dire de manière à pouvoir répondre de leurs actes, tout d’abord devant eux-mêmes, en leur âme et conscience, et ensuite devant autrui. Cette capacité de répondre de leurs actes est liée à l’autonomie dont ils jouissent en tant que professionnels.

ethique professionnelle des enseignants

Les éléments de la compétence d’éthique professionnelle

En effet, un enseignant compétent au plan éthique fait preuve tout au long de sa vie professionnelle de plusieurs habiletés spécifiques. Ces éléments dessinent les contours d’une éthique professionnelle de l’enseignement qui reste encore à définir et à préciser. Et qui relève d’approches éthiques assez diverses et même de domaines voisins de l’éthique comme l’éducation morale et l’éducation à la citoyenneté.

Bien que l’objectif général de la formation relève d’une éthique de la responsabilité. L’éthique de la discussion et l’éthique de la justice sont également utilisées pour le fonctionnement en classe. La capacité de discerner des valeurs, celle d’intervenir et celle d’argumenter, par contre, relèvent clairement de l’éthique professionnelle. Directement liées à l’autonomie accordée au personnel enseignant.

Enfin, au-delà de la réponse à une obligation, on note que l’éthique professionnelle fait partie de l’identité professionnelle enseignante. C’est souvent pour des raisons éthiques comme l’amour des enfants, le désir de les aider, de s’impliquer pour changer la société qu’on choisit de devenir enseignant. Et c’est par considération pour un certain idéal professionnel que le personnel enseignant se professionnalise et développe ses compétences.

8 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!