EducationEnfance

L’organisation du temps une œuvre de longue haleine

La mise en place de l’organisation du temps est sans doute très complexe. En fait, le fonctionnement biologique propre de chaque enfant le conduit à avoir un rythme de vie qui il n’est pas nécessairement le même que celui de ses camarades. Beaucoup d’enfants rencontrent des difficultés, parfois très grandes, pour situer les événements et les faits qui jalonnent leur vie les uns par rapport aux autres. C’est là un problème que la famille et l’école, successivement mais aussi simultanément et conjointement, doivent résoudre.

La famille

C’est à elle qu’appartiennent les premières approches, la structuration initiale de la journée (le lever, la toilette, les repas, la sieste, le coucher…); de la semaine (jours de travail des parents et weekend); de l’année avec ses grands repères (les saisons, les grandes vacances, les jours fériés, les anniversaires…). Et si, déjà, tout ceci bien intégré par l’enfant lors de son arrivée à l’école, la tâche du maître va alors se faciliter. Il n’en est, malheureusement, pas toujours ainsi et l’école, maternelle d’abord, élémentaire ensuite, a un rôle éminent à jouer.

gestion du temps

L’école et l’organisation du temps

L’école maternelle amorce, en ce domaine, un travail systématique qu’il faut bien se garder d’interrompre lors de l’arrivée à l’école élémentaire. La gestion du temps est, en effet, œuvre de longue haleine. Pour certains enfants, sa mise en place peut demander encore plusieurs années d’efforts. Il faut donc organiser précisément les diverses tranches de temps qui vont de la journée, que l’on peut d’ailleurs fractionner, à l’année de l’écolier. On tiendra compte des besoins des enfants, tant biologiques que psychologiques, du rythme selon lequel se déroule chaque séquence, de la nécessité d’alternances.

La journée de l’écolier

On veillera à ce que chacune des séances n’ait pas une durée supérieure aux possibilités d’attention des enfants. Il faut savoir qu’au-delà d’un certain temps, l’enfant, même s’il donne l’impression de suivre, a perdu le fil du discours du maître. Pour dynamiser l’intérêt et stimuler les capacités potentielles d’attention, le maître prévoira, à un rythme qui va varier au fil des ans, une alternance entre l’oral et l’écrit ; entre les activités nécessitant une dépense physique et celles qui sont de caractère beaucoup plus abstrait et intellectualisé ; entre celles qui impliquent une attention collective soutenue et celles qui permettent une individualisation plus grande de l’effort de chacun.

Dès le cours préparatoire, il est possible de visualiser la journée de l’enfant en réalisant des frises chronologiques. Elles situent, à partir des points fixes que constituent l’arrivée en classe; les récréations, l’interclasse et la sortie, chacune des activités prévues. On peut, pour ce faire, utiliser diverses formes de graphiques ou de présentations, introduire un code, de couleurs par exemple. A partir du cours élémentaire, il sera utile de munir les enfants de l’emploi du temps quotidien. Outre l’aide que cela constituera pour une organisation du temps; ce sera un excellent moyen de liaison avec la famille, qui suivra ainsi ce que fait l’enfant. Il l’aidera à apporter en classe ce dont il aura besoin, prévoira ce qui peut l’être.

L’organisation du temps sur des périodes plus longues constitue un tout au cours duquel un programme précis, en chaque discipline, doit être conduit à son terme. C’est là le contrat, tacite, passé par chacun des maîtres.

organisation du temps

Les moyens pédagogiques à utiliser pour l’organisation du temps

L’organisation du temps lors d’une année scolaire ne peut donc se laisser au hasard; à l’improvisation, au jaillissement spontané de telle idée ou de tel projet qu’il faudrait réaliser séance tenante. Elle se construit, se mûrit, s’organise, se prépare minutieusement. Même s’il faut admettre, voire rechercher tel infléchissement, telle modification nés de l’actualité qu’il est nécessaire de prendre en compte.

Avoir un projet qui intègre toutes ces nécessités implique donc la recherche préalable et parfois très longtemps à l’avance du matériel, des documents… qui seront nécessaires. L’élaboration d’un plan de travail à long terme qui, chemin faisant, se précisera; et s’enrichira dans le cadre du moyen terme et du court terme. On n’oubliera pas de prévoir des moments de pause, certaines notions demandant du temps pour être bien assimilées ; des séances de révision qui permettent à ceux qui n’ont pas bien compris de ne pas décrocher. Et de fréquents exercices de contrôle dans le cadre d’une évaluation continue et ponctuelle.

N’oublions pas que, d’une certaine façon, enseigner c’est répéter. Les rappels fréquents, les retours en arrière quand ils sont nécessaires ne sont jamais du temps perdu; à condition de diversifier les présentations.

L’utilisation de bandes et de frises chronologiques schématisées, comme pour la journée, visualisant le déroulement d’une semaine, d’un mois, d’une année; en situant, au fur et à mesure de leur apparition, les événements marquants de la période considérée. Frises chronologiques historiques situant, certes, les dates des grands faits étudiés. Mais aussi les périodes auxquelles ont vécu les poètes dont on a lu ou mémorisé les textes; les artistes dont on a admiré ou les musiciens dont on a écouté les œuvres; les écrivains dont on a lu les romans, contes, nouvelles.

Pour conclure

Ce n’est qu’au terme de tout cet ensemble, si le travail a été méthodiquement conduit; que l’organisation du temps pourra être considérée alors comme acquise. Et que les enfants, au terme de l’école élémentaire, seront prêts à affronter une nouvelle étape; celle de leurs études de collégiens.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!

Adblock détecté

Veuillez désactiver Adblock sur votre navigateur. Merci