La pédagogie de contrat démarche et efficacité

img

Complexe et délicate à gérer, la pédagogie de contrat mérite néanmoins que des moyens soient investis le plus souvent possible dans sa mise en œuvre, car elle est constructive et efficace à la fois pour l’élève et l’enseignant.

pédagogie différenciée et pédagogie moderne

Le contrat, outil de responsabilisation de l’élève

La pédagogie du contrat permet à l’élève d’avancer dans l’apprentissage de l’autonomie. Elle lui propose en même temps d’expérimenter les deux éléments qui la structurent :

  • un cadre sécurisant fait de limites clairement définies ;
  • la liberté de choisir et de suivre ses propres stratégies.

Rappelons-nous que la Convention sur les droits de l’Enfant précise que l’autonomie est un droit à susciter, respecter, protéger, et que les directives en découlant, les textes concernant les droits des apprenants invitent aux démarches pédagogiques qui permettraient à l’élève de participer à son orientation, d’élaborer un projet personnel, de s’exprimer plus librement, enfin d’être davantage reconnu, écouté, tel qu’il est, dans sa spécificité.

La pédagogie du contrat réunit aussi les conditions psychologiques de la motivation. Par la démarche de négociation elle matérialise pour l’élève une réelle liberté d’exprimer ses opinions, ses choix, sa créativité, de prendre des initiatives, d’être acteur de ses apprentissages et de faire des projets, tous éléments qui déclenchent le désir et l’investissement d’énergie et de temps.

Cette richesse pédagogique rend urgente la pratique du contrat notamment auprès des élèves qui rejettent l’école en bloc et/ou ont de grandes difficultés. L’organisation de séquences de pédagogie différenciée ne suffisent pas, en effet, pour ceux qui continuent à refuser tout travail ou n’ont toujours pas assimilé les pré-requis nécessaires. Il a été observé dans de nombreux cas, par exemple, lors de séances d’aide individualisée, que la proposition d’un contrat à des élèves en rejet scolaire entrouvrait la porte à un dialogue, entamait peu à peu le mur de leurs blocages, et pouvait déclencher le désir d’apprendre.

La pédagogie de contrat, outil de pédagogie différenciée pour l’enseignant

La pédagogie du contrat permet à l’enseignant de différencier les contenus et les processus.

  • La possibilité de différencier les contenus. Un contrat peut être négocié, hors des contraintes de programme et d’horaire, avec des élèves n’ayant toujours pas acquis un savoir ou un savoir-faire, et pour lesquels l’enseignant ne peut plus revenir en arrière sans prendre sur le temps du cours, donc du reste de la classe. Si nous prenons l’exemple d’une séquence de différenciation des objectifs, l’enseignant pourrait passer, avec les trois élèves qui n’ont pas réussi à localiser certains éléments sur un planisphère, un contrat dont l’objectif cognitif et méthodologique serait l’acquisition de ces éléments et leur localisation exacte.
  • La possibilité de différencier le processus. La démarche contractuelle laisse, en effet, les élèves libres de proposer et de décider quand, comment, sur quoi, avec qui et avec quels moyens ils vont travailler.

La démarche de la pédagogie de contrat

Le contrat se définit comme un accord négocié lors d’un dialogue entre des partenaires qui se reconnaissent comme tels, afin de réaliser un objectif. La pédagogie du contrat se pratique selon des principes constitutifs fondamentaux exigeant un changement des mentalités et des structures scolaires actuelles. Parmi ceux-ci, on trouve le principe de liberté de proposer, d’accepter ou de refuser le contrat.

En fait, un contrat naît lorsqu’une demande et une réponse libre à cette demande se rencontrent. Dans le contexte scolaire, même s’il arrive que des élèves effectuent cette demande, à la suite d’échos ou d’observations enthousiastes de camarades, la demande émane presque toujours de l’institution (enseignants, conseillers d’éducation, d’orientation, agents, chefs d’établissement, parents), car c’est elle qui s’inquiète des élèves en difficulté et désire les faire progresser. Comme nous nous situons ici dans la perspective volontariste de l’organisation d’une séquence de pédagogie différenciée par l’institution, nous envisageons surtout le cas d’une demande institutionnelle, la démarche contractuelle étant identique quand celle-ci provient de l’élève.

La demande de contrat comporte certaines phases :

  • L’analyse par l’élève et l’adulte de la situation qui conduit au contrat est une étape essentielle. Elle révèle souvent des obstacles et des causes de difficultés insoupçonnés par l’adulte. Celui-ci, éclairé par ces éléments, pourra alors proposer des solutions adaptées et mener la négociation de manière positive et réaliste. Cette analyse permet de dégager, ensemble, le ou les objectifs du contrat. Cette participation de l’élève à la définition de l’objectif est déjà le premier pas de sa responsabilisation et de sa motivation.
  • La proposition consiste à réaliser un objectif qui peut être cognitif (acquérir un savoir nouveau ou mal compris), méthodologique (maîtriser un savoir-faire non assimilé) ou comportemental (améliorer un comportement afin d’augmenter les chances de réussite).
La pédagogie de contrat et pédagogie différenciée

Les autres phases de la demande de contrat

  • L’indication explicite de la liberté de décision. Il est dit clairement à l’élève qu’il a la liberté d’accepter ou de refuser cette proposition, qu’il a aussi le droit de réfléchir et d’attendre une discussion préalable pour y répondre. Sans cette réelle liberté, ce serait un faux contrat, La demande s’effectuant alors de telle manière que la réponse ne peut être que l’adhésion. Ainsi, lorsqu’un enseignant propose, par exemple, à un élève de transformer un zéro pour une leçon non sue, s’il la lui récite au cours suivant, ce contrat tacite n’est pas un véritable contrat, car le refus est impensable dans le cadre de référence habituel des enseignants. C’est, pourtant, la reconnaissance de cette liberté de dire non qui provoque le déclic de la motivation et de l’investissement ultérieur de l’élève dans la réalisation de l’objectif.
  • La communication des informations nécessaires pour que l’élève puisse répondre. Doivent être communiqués, par exemple, les raisons et le but de la proposition du contrat, les indicateurs et les critères de réussite concernant ce que l’élève aurait à réaliser pour que l’objectif soit atteint, la définition d’une production finale, la description des principales étapes de la démarche et enfin l’explication de ce que le contrat entraîne comme conséquences pour l’élève.
  • La vérification du réel désir de l’élève est nécessaire, qu’il accepte ou refuse. Il est opérationnel de vérifier que cette réponse est authentique par des questions cernant l’adéquation entre les valeurs culturelles de l’élève et celles du contrat, et l’accord entre ses sentiments et ses Valeurs. S’il y a conflit, l’élève ne s’investira pas durablement ni sérieusement dans cette pédagogie de contrat.

1 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *