La santé des élèves est aussi la responsabilité de leur maître

Vos élèves doivent en permanence être sous votre surveillance. Vous en êtes responsable. Bien qu’il existe des textes qui permettent de préparer les élèves à une certaine autonomie en leur confiant un travail précis dans des conditions très particulières sans qu’ils soient sous votre surveillance, sachez que votre responsabilité sera mise en avant en cas d’incident. Aussi, vous passez beaucoup de temps avec vos élèves. Vous êtes donc à même de les observer dans des situations dans lesquelles leurs parents n’ont pas l’occasion de les côtoyer. Vous devez alors signaler chaque signe qui vous parait anormal concernant la santé des élèves.

La santé des élèves

Les élèves sont placés sous la responsabilité du maître

Prenons tout d’abord un exemple qui vous permettra d’évaluer les limites de l’autonomie de vos élèves. Vous faites pratiquer des relevés météo. L’abri météo contenant les instruments se trouve dans un coin de la cour de récréation. Tous les jours, deux élèves ont la responsabilité d’aller faire ces relevés. Il n’est pas possible que ce soit la classe entière. Donc, ces deux élèves quitteront la classe, iront dans la cour de récréation, et reviendront après avoir fait leurs relevés. Cette activité est suffisamment encadrée, planifiée. Elle fait partie des apprentissages, et vous serez à même de la justifier. Pourtant, vous prenez un risque, mais vous êtes prêt à l’assumer et l’institution vous suivra. Pour cela, vous aurez, au préalable, préparé les élèves à cette prise de responsabilité en leur en expliquant les enjeux.

Les exemples d’activités où vous prenez le risque de ne pas avoir tous les élèves sous vos yeux, et qui engagent votre responsabilité sont nombreux. Faire porter un document dans une classe proche ou au bureau du directeur, faire pratiquer une course d’orientation, travailler en ateliers, en EPS. La seule précaution à prendre est d’être conscient que vous engagez votre responsabilité. Les élèves le comprendront très bien. Au nombre des situations dans lesquelles votre responsabilité reste engagée, il faut encore ajouter la présence d’accompagnateurs ou d’intervenants extérieurs auxquels vous pourriez confier un groupe d’élèves pour une activité spécifique.

Il faut toujours soigner !

L’élève qui rentre chez lui doit pouvoir dire que, après une chute, il a été soigné et qu’on s’est occupé de lui, même si votre seul rôle a été de sécher ses larmes et de passer un peu d’eau fraîche sur le coup qu’il a reçu. Trop souvent, quand on surveille la cour de récréation, on a tendance à dire à l’enfant qui vient se plaindre après une chute : « Ce n’est rien ! çà va passer ». Vous n’êtes pas à même à cet instant-là de juger de la gravité de l’incident. L’organisation de la surveillance doit vous permettre de confier l’enfant à un collègue qui assurera éventuellement les premiers soins. Vous ne pouvez pas abandonner votre surveillance pour ne vous occuper que d’un seul élève.

L’enfant a besoin qu’on prenne en compte sa douleur, c’est une demande pour qu’on l’écoute, qu’on s’occupe de lui. Quant aux soins que vous êtes en droit d’exercer, ils sont simples, et peu nombreux. Nettoyer une plaie, appliquer une crème, mettre une gaze stérile… Dès que la blessure dépasse vos compétences ou vos attributions légales, votre premier geste doit être de mettre l’enfant en position de sécurité puis d’appeler un médecin coordonnateur qui vous indiquera toute la marche à suivre en fonction des renseignements que vous lui fournirez sur l’état de santé de l’enfant. C’est lui qui décidera de l’envoi des secours. C’est seulement après que vous joindrez les parents.

La santé des élèves en école

La santé des élèves est aussi votre affaire !

Certes, vous observez les élèves au milieu d’autres enfants, vous les faites lire, vous les faites parler, vous leur posez des questions, vous les voyez en récréation, en EPS. Il est donc de votre devoir de signaler aux parents les signes qui concernent la santé des élèves. D’autant que les visites de contrôle proposées par la médecine scolaire sont trop rares.

Tel enfant qui n’écrit pas sur les lignes, qui cligne des yeux pour regarder le tableau, qui se plaint de maux de tête… a peut être besoin de lunettes. Tel autre qui déforme les sons, qui fait répéter les questions. Qui semble distrait ou ne pas comprendre ce que vous lui demandez a peut-être une audition déficiente. Celui qui inverse les lettres, les sons, qui a du mal à démarrer en lecture a peut-être besoin d’un certain nombre de séances avec un orthophoniste.

Celui là encore qui vient vous rendre compte des difficultés qu’il rencontre pour supporter la séparation de ses parents. Ou, simplement, change d’attitude sans vous en parler, il s’isole. Ou, au contraire devient plus agité, plus agressif, devrait peut-être bénéficier de l’aide d’un pédopsychiatre. Vous pouvez aussi rencontrer cet enfant maladroit, qui court mal en EPS. Il serait judicieux de suggérer quelques séances avec un spécialiste qui le mettraient en confiance.

Attention, vous n’êtes pas médecin ! Votre rôle doit se limiter à signaler aux parents un certain nombre d’observations que vous aurez faites, et dont ils tiendront ou ne tiendront pas compte. Toutefois, dans le cas où vous êtes inquiet quant à la santé des élèves et que les familles n’ont pas, ou n’ont pas pu prendre en compte les conseils que vous avez pu essayer de leur donner, demandez un avis et une intervention du médecin scolaire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!