L’analyse cognitive de la tâche scolaire

L’analyse cognitive de la tâche est une démarche qui peut s’avérer fort utile aux enseignants et, par contrecoup, aux élèves. Ce point nous paraît essentiel car il est au centre de notre réflexion pédagogique. Il est la cible des réflexions que nous espérons susciter au niveau de cet article.

L’analyse cognitive

L’analyse cognitive est une aide aux enseignants malgré sa complexité

Certes, l’analyse cognitive ne peut être qu’une qu’aide offerte aux enseignants. Elle ne résoudra pas par elle-même l’échec scolaire. Elle peut cependant faire comprendre une des sources des difficultés éprouvées par les élèves confrontés à la résolution d’exercices et donc aider à les surmonter.

Elle suppose un investissement de la part de l’utilisateur, qui doit s’imprégner de l’arrière-plan théorique, en l’occurrence la théorie piagétienne du développement de l’intelligence. Une lecture détaillée de ce qu’est l’entretien d’explicitation et de son bon usage paraît également utile pour mieux saisir les stratégies des élèves.

Il se peut que l’effort sous-jacent paraisse considérable pour un enseignant isolé. Aussi est-il intéressant d’envisager un travail effectué au sein d’une équipe pédagogique. La mise en place des cycles dans l’enseignement primaire peut être une occasion d’initier ce type de réflexion. Le projet d’établissement peut également le favoriser.

Même si l’application de l’analyse cognitive peut, au départ, paraître difficile, elle est l’occasion d’une prise de conscience du rôle joué par les aspects cognitifs dans l’enseignement. L’intérêt d’une mise en œuvre systématique peut se révéler plus tardivement. Mais, il serait dommage d’hésiter à l’utiliser au motif de sa complexité apparente car, en la pratiquant, l’enseignant devient rapidement à l’aise dans son maniement. Même si des erreurs d’analyse commises, l’observation des élèves et les entretiens permettent de les rectifier. Il vaut mieux tenter une analyse cognitive, même maladroite, des exercices que l’on propose que de refuser de prendre en compte cette dimension. En effet, l’analyse cognitive veut être un outil au service des enseignants afin qu’ils puissent de mieux en mieux aider leurs élèves à surmonter les difficultés qu’ils rencontrent pour résoudre des exercices dans le cadre scolaire comme dans la vie quotidienne.

une aide aux enseignants

Cette analyse peut s’appliquer à tout type d’exercices

ūLes opérations intellectuelles que nous avons repérées dans le cadre scolaire sont également employées lorsqu’un enfant élabore des stratégies dans un jeu de cartes. Ou qu’il essaie de comprendre la trame du récit d’un dessin animé. Ou même, dans l’usage d’un sport, quand il essaie de comprendre en quoi son geste pourra s’améliorer. Pour cela, on peut espérer que les formateurs d’enseignants mettent l’accent sur l’analyse cognitive des exercices. Bien qu’un enseignant qui n’a pas encore concrètement confronté des difficultés cognitives des élèves se sensibilise plus difficilement à l’intérêt de leur analyse et de leur remédiation. En tout cas, dans le cadre de la formation continue des enseignants, les organisations pourraient se révéler un support pertinent pour diffuser l’intérêt d’une telle approche des difficultés des élèves.

L’analyse cognitive de la tâche peut s’appliquer à tout type d’exercices. La grille des opérations intellectuelles à développer par le groupe pédagogique peut être utilisée au sein de la classe non seulement pour effectuer l’analyse d’exercices. Mais également pour repérer le niveau cognitif des élèves et évaluer leurs difficultés.

Cette démarche ouvre sans doute des perspectives au niveau de la recherche. Car, outre qu’elle peut se révéler fort pertinente dans l’étude du transfert en éducabilité, elle est un guide pour mieux comprendre la proximité de certaines situations ou au contraire leurs spécificités. Elle permet de discerner une des sources d’erreurs des élèves et aussi d’éclairer l’analyse des résultats obtenus aux évaluations nationales. En effet, pour les erreurs actuellement étudiées, une analyse cognitive des exercices proposés permettrait d’enrichir cette étude. Et de lier certaines erreurs à l’absence de mobilisation des opérations intellectuelles.

3 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!