Le diagnostic initial en évaluation formative

Lorsqu’on choisit un diagnostic initial en évaluation formative, deux modalités sont à suivre. La préparation du cadre dans lequel la grille d’évaluation formative sera élaborée et l’élaboration de la grille d’évaluation.

le diagnostic initial

La préparation du cadre de la grille d’évaluation

Une grille de diagnostic initial selon l’évaluation formative exige au préalable, la préparation d’un cadre clairement délimité selon les quatre étapes suivantes :

  • Déterminer des conditions favorisant le travail de diagnostic : cette détermination consiste à se donner le temps de la concertation pour mener la réflexion sur les objectifs opérationnels, base de l’évaluation formative, et cerner les investissements nécessaires en énergie, en temps et en moyens matériels tels que salles; papier, photocopies, etc. Elle consiste aussi à préciser la classe et le moment où se fera le diagnostic en Vérifiant que les choix effectués auparavant sont toujours acceptés et, éventuellement, les réaménager.
  • Choisir deux ou trois objectifs généraux de la séquence : ce choix s’effectue dans l’inventaire élaboré lors de l’étape précédente.
  • Découper les objectifs et les hiérarchiser en objectifs intermédiaires appelés aussi sous-objectifs, étapes, objectifs spécifiques, contenu. Ils représentent le programme-noyau des prérequis de la matière que tous les élèves doivent acquérir pour progresser et passer dans la classe supérieure ou réussir un examen final. La hiérarchisation de ces objectifs intermédiaires peut suivre plusieurs stratégies (partir du simple vers le complexe ou l’inverse ; partir du concret vers l’abstrait ou l’inverse ; partir de l’analyse vers la synthèse ou l’inverse ; utiliser un cadre chronologique). La progression inversée est intéressante à introduire parfois car elle peut correspondre à des processus d’appropriation de certains élèves. Et chez les autres, provoquer un déclic cognitif qui leur permettra de comprendre.
  • Préciser et planifier les activités pédagogiques par lesquelles les élèves réaliseront ce programme-noyau. En effet, il faut préciser quelles activités, quels apprentissages les élèves auront à effectuer pour réaliser les objectifs intermédiaires de la séquence pédagogique envisagée et pour être capable de la traduire en objectifs opérationnels.
rille d’un diagnostic initial

L’élaboration de la grille d’un diagnostic initial

Le cadre de la grille ayant été défini. Nous allons voir maintenant comment l’élaborer. En premier lieu, il faut choisir quelques objectifs dans la liste d’objectifs intermédiaires découpés, hiérarchisés, planifiés précédemment. Ils constitueront le matériau du diagnostic et de la séquence pédagogique ultérieure. En second lieu, on doit traduire les objectifs choisis en objectifs opérationnels et ce comme suit :

  • Décrire les performances exigées de l’élève en termes d’actions à effectuer. On veillera à utiliser des verbes d’action : préférer, par exemple «souligner l’idée principale du texte» à «Comprendre le sens du texte ».
  • Exprimer les objectifs opérationnels dans un langage clair, précis et simple pour être compris des élèves. Pour cela, il faut être très vigilant à l’explicitation des critères de réussite et débusquer les critères implicites en s’interrogeant régulièrement sur les opérations demandées aux élèves. Dans toute évaluation, même si c’est légitime, la subjectivité interfère. Il est donc important dans un processus d’accompagnement constructif des élèves dans un apprentissage de clarifier les critères d’évaluation. Ce travail est, en fait, le plus difficile et le plus long dans la préparation du diagnostic initial, et c’est là qu’il y a tout intérêt à constituer une équipe qui se concerte. Cela permet de clarifier de façon plus efficace les critères implicites; si différents d’un enseignant à l’autre, et d’ajuster les significations que chacun met derrière les mots utilisés.
  • La détermination des niveaux de performance acceptables. Des niveaux varient selon le profil de la classe, le degré de difficulté de l’apprentissage, le moment dans l’année par rapport à la poursuite des objectifs généraux. Ils sont plus évidents lorsqu’il s’agit d’objectifs opératoires cognitifs; et méthodologiques que dans le domaine comportemental où cette fixation de limite est plus aléatoire tout en étant souvent plus subtile.

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!