Education

Le rôle des institutions entourant l’école à prévenir la violence

Si notre société prend le risque de casser le triangle d’intégration : famille-école-environnement, le clivage pourra conduire certains écoliers à des actes de plus en plus violents. Il ne faut jamais oublier le rôle des institutions qui entourent l’école à prévenir la violence. Il appartient à tous les éducateurs et pédagogues de dénoncer ce handicap environnemental, non en le stigmatisant dans le cœur de nos jeunes mais en affichant résolument notre acceptation et notre considération.

La nature constitue un potentiel de socialisation incontournable et universel auquel tous les pédagogues doivent s’accrocher. Ce substrat n’est pas seulement un décor ou une trame de fond. Il recadre, réconcilie et s’impose. Face à la nature, les adolescents ne peuvent ni tricher ni appliquer les lois de leur environnement. Ce phénomène pousse l’éducateur, s’il est en harmonie cognitive et psychique avec la nature, à provoquer le contact, à le stimuler et à accompagner le processus. La nature est un vecteur d’intégration sociale et d’emploi pour les générations actuelles et futures.

rôle des institutions

Institutionnalisation d’équipes pédagogiques

Les jeunes expérimentent, cherchent à trouver leur voie personnelle. Ce qui est vrai pour les familles et pour leurs mutations l’est aussi pour la délinquance. Davantage d’adolescents veulent expérimenter par eux-mêmes considérant que les adultes n’ont aucune leçon à leur donner. Ils ne donnent plus leur confiance à la légitimité des règles héritées. Une des fonctions privilégiées de l’école est de les aider à retrouver cette confiance. Toutefois, cette tâche n’aboutira que par la constitution et l’institutionnalisation d’équipes pédagogiques et avec le soutien planifié et considérant du monde politique, citoyen et économique garant d’un efficient rôle des institutions.

Au fil du temps, il est apparu que bien que dotées d’une infrastructure et d’un équipement diversifié en matière psychosociale, les écoles n’en retirent pas une meilleure efficacité. En général, on assiste à une dispersion des énergies et donc à un gaspillage des potentialités des acteurs. Nous pensons que le potentiel qui s’offre aux écoles en matière d’acteurs extérieurs est très riche. Le mode opératoire ne peut venir que de deux pôles. La formation et la stimulation des milieux politiques. Nous encourageons les établissements scolaires à participer à des partenariats en réseaux. Ceux-ci ne constituent pas une perte de temps. Mais un investissement préventif à l’intérieur du tissu social pour promouvoir le rôle des institutions.

Ainsi, au contact de leurs élèves, les jeunes enseignants découvrent des situations familiales ou personnelles à leurs yeux inimaginables. De sorte qu’ils éprouvent bien des difficultés à déterminer la frontière entre le fait de comprendre et le fait d’admettre. De plus, comprendre une situation ne justifie pas l’acceptation des comportements violents. C’est pourquoi, et dans un but positif, ces acteurs extérieurs à l’école ont pour mission d’apprendre à ces jeunes adultes à gérer adéquatement des situations de violence. Avant toute logique, c’est une question de respect et de considération à leur égard.

Les autres fonctions de l’éducation

L’inspection devra, comme les autres fonctions du monde de l’éducation, revoir ses pratiques, son éthique et sa déontologie. Ce métier très complexe demande de nombreuses compétences parfois contradictoires. Comme pour beaucoup de missions éducatives, il est urgent de clarifier les missions sur le terrain de l’éducation. En ce qui concerne une de leur tâche relative à l’élaboration de programmes, nous constatons que nombreux sont ceux qui se caractérisent par une grande souplesse permettant ainsi une autonomie accrue pour les acteurs du terrain. Ce mouvement doit s’amplifier et s’étendre et ceci fait parti du rôle des institutions.

Le modeste pédagogue s’adresse aux esthètes de l’incertitude, aux grands manitous de la demande sociale et aux mystiques de l’universel abstrait, aux politiciens aussi. Aussi, nous demandons de comprendre nos nombreuses difficultés à supporter ceux qui décrètent l’éducation. Nous sommes plutôt du côté de ceux et de celles qui essaient de la construire au quotidien. Ces éducateurs sont aujourd’hui sans boussole. Mais disposent de compétences et de tonnes de documents de bord. Nous partageons l’inquiétude qui rame loin des bureaux de la communauté politique responsable de l’enseignement.

role des institutions dans la prevention

Le rôle des institutions en ce qui concerne les médias

Les médias sont des catalyseurs de la violence. Ils contribuent à l’installer dans notre société comme un phénomène quotidien touchant tous les citoyens de façon régulière. Le phénomène le plus inquiétant reste pour nous la banalisation de la violence. Nous pensons que la guerre, paroxysme de la violence, est en train de changer de forme. Mais existe bel et bien sous certaines formes médiatiques dans notre société. Plus que jamais, il est essentiel d’encourager le travail des professionnels des médias qui se comportent comme des pédagogues, des chercheurs-actions ou des conteurs. Face aux faiseurs de violence, le citoyen devrait réagir en utilisant le seul moyen existant et légal, le zapping, utilisé comme un moyen de censure de la violence. Toutefois, que faire pour la violence dans les réseaux sociaux !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!

Adblock détecté

Veuillez désactiver Adblock sur votre navigateur. Merci