l’éducation physique bienfaits physiologiques et intellectuels

img

«Ce n’est pas une âme, ce n’est pas un corps qu’on dresse : c’est un homme ; il ne faut pas faire à deux et, comme dit Platon, il ne faut pas les dresser l’un contre l’autre, mais les conduire également comme un couple de chevaux attelés à même timon» Montaigne. Cet article traitera le sujet de l’éducation physique.

Les ressorts de l’activité sportive

Le sport prend une place de plus en plus importante dans la vie contemporaine. La vie bousculée et routinière, que le travail impose aujourd’hui, appelle l’évasion et la bouffée d’air. La pratique des exercices sportifs répond à ce besoin de saine détente. En même temps, elle régénère le corps et l’esprit de l’homme qui s’y livre. Les loisirs deviennent plus nombreux, il faut savoir les occuper utilement. Il faut pouvoir et savoir développer, librement, ses valeurs personnelles physiques et intellectuelles.

Le sport et l’art ont une même origine sacrée et un passé commun : l’inutilité, la gratuité, la beauté sont les caractères que l’on trouve à la fois dans ces deux sources de joie spirituelles. Le sport dans ses meilleures réussites, est une des occasions d’ennoblissement, d’approfondissement et d’enrichissement qui sont données à l’homme, au même titre que l’art. Les ressorts les plus divers poussent les sportifs à se dépenser, à se dépasser : besoin d’affirmation de soi, recherche de compensation, volonté de gagner, goût du risque, attrait de l’aventure, amour de la nature.

une éducation physique

Ce qu’est l’éducation physique et sportive

Par éducation physique et sportive, il convient d’entendre la discipline qui, en tant que domaine particulier mais inséparable de l’éducation générale des enfants et des adolescents, vise à tirer hors de l’état de nature et à cultiver au plus haut niveau possible, les aptitudes corporelles motrices et mentales sur lesquelles se fondent les conduites humaines. Plus générale que l’éducation physique, conçue comme un répertoire d’exercices, l’éducation sportive utilise tous les moyens qui permettent d’agir sur l’individu dans sa totalité, en mettant en œuvre sa conduite motrice. Elle contribue à la formation de sa personnalité en l’aidant à s’épanouir physiquement, intellectuellement et moralement.

L’éducation physique et sportive doit apporter à l’enfant, puis à l’adolescent et à l’adulte, une contribution importante à son progrès personnel et social, dans les trois domaines qui caractérisent la vie des hommes : domaine physiologique, domaine intellectuel, domaine moral. Dans celui de la vie végétative et de l’adaptation au milieu physique, elle est un élément de bon équilibre. Personne ne met en doute l’influence bénéfique que la pratique régulière des sports exerce sur la santé générale et le développement corporel.

Domaine physiologique de la santé

L’éducation physique répond à un besoin physiologique. Les médecins insistent fortement sur le besoin de mouvements chez l’enfant. Tout jeune enfant a un besoin absolu de mouvements et l’immobilité prolongée provoque chez lui des troubles importants. Il s’agit d’un besoin organique aussi profond que les besoins de sommeil et de nourriture. Les muscles des enfants n’ont pas acquis les qualités toniques qui permettent de rester longtemps assis sans fatigue. Il résulte des longues heures d’immobilité, des déformations physiques difficiles à redresser. Ce besoin de mouvement peut et doit se satisfaire dans deux circonstances très différentes : soit par l’exercice physique discipliné gymnastique, pratique des sports collectifs ou individuels c’est-à-dire dans le cadre de l’éducation physique, soit par une activité physique libre au cours de laquelle l’enfant se dépense sans aucune contrainte. Ces deux types d’activité physique sont complémentaires et indispensables, l’un ne peut pas remplacer l’autre.

Le cours d’éducation physique n’étant pas une cour de récréation. L’équilibre mental et physique des enfants nécessite qu’on lui procure les moyens d’une détente physique spontanée et libre, et ceci plusieurs fois au cours de la journée. Un des buts de l’éducation physique sera aussi de satisfaire ce besoin profond qu’éprouve l’enfant de mettre ses muscles en jeu. Mais elle le fera avec une certaine contrainte et ne peut pas remplacer l’activité physique libre. Celle-ci est aussi indispensable à l’enfant.

pour l'éducation physique

L’éducation physique procure une sorte de maîtrise intérieure

L’éducation physique ne fait pas que mobiliser les muscles, activer la circulation et détendre le corps après l’immobilité des heures de classe. Elle est, comme son nom l’indique, réellement une éducation qui porte sur bien des domaines. Elle est d’abord une éducation du mouvement et du geste : en améliorant leur précision et leur grâce, en améliorant la tenue et l’équilibre du corps, elle est un puissant facteur d’équilibre psychologique. La conscience que l’enfant acquiert de sa force et de son habileté physique l’aide à prendre confiance en soi, dans tous les domaines, et retentit sur toutes les activités scolaires.

L’éducation physique revêt un aspect principalement conservatoire. Les activités physiques donnent à l’enfant une certaine maîtrise intérieure dont la résultante générale est l’apprentissage du calme. Facilitant l’acquisition des facteurs de la maîtrise gestuelle proprement dite, elle peut éveiller et développer l’intelligence motrice de l’individu, sa résistance à la fatigue et son adaptation à des réalités dont nous ne pouvons prévoir ni la forme ni la nature. Elevant les chances de santé de l’élève, elle lui donne une culture corporelle. En fait, l’enfant apprend avec son corps autant qu’avec son cerveau.

Depuis toujours, une activité de l’esprit a paru étroitement liée à une certaine activité du corps. Par la recherche de l’adresse, par l’éducation de la volonté, l’éducation physique et sportive dote l’enfant d’un corps disponible pour toutes les tâches que l’on est appelé à lui demander.

Domaine intellectuel

Ainsi l’éducation physique nous assure santé, bien-être et longévité. Mais ce n’est pas tout. Cette éducation corporelle met en jeu et stimule mieux que les leçons magistrales l’intelligence pratique que les psychologues appellent «intelligence sensori-motrice» et qui sert de base à l’intelligence conceptuelle. En effet, toute difficulté que pose la vie matérielle ; grimper à un arbre, sauter un obstacle, faire de l’alpinisme ou de la natation, poursuivre un adversaire, triompher d’une course, mobilise sous le commandement de l’esprit toutes les forces physiques pour découvrir les solutions efficients pour atteindre le but visé.

De plus, en dissipant les fatigues nerveuses, en oxygénant le cerveau, l’éducation physique favorise une plus grande concentration de l’attention, une meilleure assimilation des connaissances, ainsi qu’une solide fixation des notions acquises. Ainsi, l’éducation physique s’avère indispensable au développement de notre intelligence et à l’épanouissement de notre personnalité. Dans la préparation à la vie sociale et au loisir, elle donne le goût de la culture personnelle pendant le temps libre, du dépassement dans l’action.

Dans cet esprit, l’éducation physique s’appuie, très largement, sur la pratique des sports mais, non exclusivement sur la pratique des sports éducatifs. Organisés sur des bases physiologiques et psychopédagogiques précises, les sports permettent de poursuivre l’éducation corporelle et motrice harmonieuse des jeunes, en l’intégrant à la formation de leur personnalité entière, à travers des activités vivantes, concrètes et attrayantes, mais qui supposent aussi un effort volontaire des pratiquants pour se perfectionner et atteindre la réussite.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *