Les bonnes pratiques au premier jour de classe

Pour réussir son premier contact avec les élèves, l’enseignant doit fixer ses objectifs et bien planifier ses tâches de départ. Certainement, l’accueil dans une petite section ou dans une grande section n’est pas du tout le même.

premier jour de classe

Premier jour à la maternelle

En petite section, votre tâche la plus importante sera de rassurer, non seulement l’enfant mais aussi les parents. Pour un certain nombre de vos élèves, l’entrée à l’école sera la première séparation d’avec les parents. Pour les parents c’est aussi une première séparation.

Cet accueil, le plus souvent, se fait en la présence des parents, qui prennent alors le temps de vous indiquer si l’enfant déjeune à la cantine et de vous donner de multiples recommandations.

Votre objectif est que la séparation d’avec les parents se fasse rapidement et avec le moins de pleurs possible. En général, vous aurez aménagé la classe avec beaucoup de centres d’intérêts vers lesquels vous dirigerez les enfants. Vous aurez épinglé sur leur poitrine le prénom de chacun et, dès que les parents se seront retirés, vous regrouperez vos élèves autour d’un chant, ou vous leur raconterez une histoire. Votre petit groupe sèchera vite ses larmes dès qu’il sera sollicité par une écoute ou par une activité.

Pensez aussi à les rassurer en leur faisant visiter l’école, en leur indiquant les toilettes… Cette ou ces premières journées sont d’une grande importance pour ces petits qui découvrent l’école. Il faut que cette école soit un lieu qui les attire. Vous avez donc tout intérêt à avoir préparé votre local, les étiquettes individuelles que les élèves peuvent reconnaître, les coins-jeux avec le matériel et tout ce qui va vous permettre de rentrer tout de suite en activité.

Premier jour à la maternelle

Premier jour au cours préparatoire

Le premier jour de classe dans les cours préparatoires est un jour particulier pour les élèves et pour leurs parents. Jusqu’à cette rentrée, ils ont donné une certaine importance à l’école maternelle, mais l’arrivée à la « grande école » change de nombreuses données. Les absences pour convenance personnelle ne sont plus de mise, les horaires sont plus stricts, la classe commence à l’heure, et surtout l’objectif numéro un est d’apprendre à lire. La grande école, c’est du sérieux !

Au premier contact, demandez que les parents puissent accompagner leur enfant dans la classe. Cette rencontre ne peut être que rapide et, au bout d’une demi-heure, vous devez leur demander d’aller au travail pour que vous puissiez commencer le vôtre. Cette demi-heure vous aura permis de rassurer parents et élèves, de noter les points particuliers (cantine, garderie, problèmes médicaux bénins, préférences…). Vous en aurez profité aussi pour installer vos élèves à leur place, que vous aurez préparée la veille avec le matériel scolaire nécessaire pour commencer. Après le départ des parents, faites rapidement connaissance avec vos élèves, laissez-les s’exprimer s’ils en éprouvent le désir, puis emmenez-les visiter l’école : les toilettes, la salle de gym, la salle de cantine, la bibliothèque…

Le reste de la matinée pourra être consacré à de multiples activités qui n’obligent pas vos élèves à se mettre au travail à un rythme trop contraint. Pensez à utiliser l’ardoise, à illustrer la première page du cahier, à repérer les mots qu’ils savent reconnaître d’une manière globale, à raconter une histoire, à leur demander de chanter ce qu’ils ont appris à la maternelle… L’après-midi, vous pouvez aborder leur première leçon de lecture tout en prenant soin de repérer ce que chacun connaît à travers des exercices conçus en avance.

Premier jour  préparatoire

Premier jour à l’élémentaire

Un départ dans une classe de l’élémentaire est déjà plus facile. Les élèves connaissent les règles de l’école, leurs camarades, les maîtres… Vous pouvez donc, les mettre au travail tout de suite : ils savent écrire, ils savent lire et donc ils sont prêts à suivre les propositions que vous leur ferez. Et, de plus, vous pouvez les mettre à un travail écrit ou de lecture pour vous donner le temps de prendre la mesure du groupe.

Pour ce départ, donnez-vous toutes les chances pour le réussir. Soignez l’entrée en classe, exigez des manteaux accrochés, des cartables vidés, des cases en ordre. Quant aux places, laissez-les libre de les choisir en indiquant bien que ce sera de leur fait si vous êtes obligés d’effectuer des changements. Prenez votre temps : plus ces « rituels » seront clairs, précis, plus il vous sera facile de gérer la classe au cours de l’année. Ces « petites » activités vous permettent d’imposer votre marque, votre style.

En revanche, soyez très exigeant sur les premiers exercices à faire : prenez avec calme le temps nécessaire pour que tous les réussissent. Ce démarrage lent vous fera gagner beaucoup de temps tout au long de l’année car vous pourrez toujours demander à vos élèves de se référer à ce qu’ils ont fait durant les premières heures de classe avec vous. Afin de vous faire une idée du niveau de vos élèves, vous aurez préparé une batterie de petits exercices, simples, en français et en mathématiques, qui vous donneront un aperçu rapide des élèves en difficulté. Donnez-leur un texte à lire, faites un sondage rapide de leur niveau de déchiffrage et vous constaterez rapidement que vous avez prévu beaucoup trop de choses pour cette première journée.

Premier jour élémentaire

Peut-on récupérer un départ raté?

Il peut arriver que, malgré toutes les précautions que vous avez prises, vous commettiez dans votre prise en main de la classe quelques erreurs qui vous mettent en difficulté de gestion.

Vous avez, par exemple, laissé libre l’installation de vos élèves et cela ne vous convient pas, les agités se sont regroupés. Arbitrairement, mais en leur expliquant, vous assignez des places à chacun.

Les cahiers de vos élèves sont mal tenus, vous n’avez pas été assez exigeant au début, vous leur avez fait confiance : vous changez les cahiers et vous devenez très ferme sur les consignes de présentation.

Votre emploi du temps était conçu de manière trop stricte ou au contraire trop élastique. Des matinées étaient trop lourdes, demandaient trop d’attention… Vous le modifiez en tenant compte des remarques que vous avez faites. Par exemple, il est dommage de mettre des disciplines demandant moins de concentration (arts visuels, éducation musicale…) en fin d’après-midi, car vous ne pourrez pas bénéficier à un autre moment de ce temps de détente qui pourrait permettre aux élèves de retrouver un niveau d’attention satisfaisant.

Ces modifications, que vous pouvez expliquer aux élèves, devraient vous permettre de gérer votre classe mieux qu’auparavant.

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *