Les déficiences sensorielles au cours de la première enfance

Comme celles des déficiences mentales graves, la spécificité des déficiences sensorielles visuelles et auditives importantes est reconnue en Europe depuis plus de deux siècles. Ce qui n’est pas le cas pour de nombreuses autres catégories de handicaps. La cécité et, dans une autre mesure, la surdité sont manifestes pour le profane. Mais nous ne nous rendons pleinement compte de l’importance de la perception sensorielle, particulièrement en ce qui concerne le développement cognitif au cours de la première enfance, que depuis relativement peu de temps.

Des recherches spécifiques sur les problèmes intellectuels, affectifs et sociaux entraînés par une déficience des deux principaux appareils sensoriels commencent à nous montrer qu’un enfant souffrant d’une déficience sensorielle périphérique n’est pas différent des autres. Mais que, si des actions éducatives au sens le plus large de l’expression ne sont pas entreprises pour le préserver, le cours normal de son développement sera compromis par cette déficience. Ce qui va le priver de certaines expériences. L’éducation des handicapés sensoriels peut et doit viser à les insérer aussi normalement que possible dans le monde des voyants et des entendants. Et non à les traiter comme un groupe à part de personnes souffrant du même handicap. Groupe destiné à vivre dans une communauté close et repliée sur elle-même.

déficiences sensorielles visuelles

Les enfants ayant des déficiences sensorielles visuelles

La psychologie des aveugles congénitaux et, dans une certaine mesure, selon l’âge auquel ils auront été atteints, considérée comme la résultante de frustrations qui laissent une trace. D’autant plus profonde qu’on les subit tôt dans la vie comme une déviation du développement causée par la réaction d’enfants potentiellement normaux sur le plan psychologique. Mais vivant dans un environnement rendu pour eux anormal par leur handicap.

Par conséquent, si des personnes bien informées les prennent en main pendant la première enfance et à l’âge préscolaire. Et si l’éducation qui leur est dispensée est conçue de manière à tirer parti de leur potentiel. Et à trouver des substituts aux expériences. Notamment en matière de perception dont ils sont privés. On a des chances, à moins que les atteintes ne soient pas seulement périphériques. De leur permettre, dans une large mesure, de se construire une personnalité saine et épanouie.

Il serait absurde de soutenir que chaque enfant sourd ou aveugle peut devenir un adulte socialement, intellectuellement et économiquement aussi efficace qu’il aurait pu l’être s’il n’avait pas été handicapé. Mais une éducation judicieuse peut faire en sorte qu’une personne qui. Faute de l’avoir reçue, serait devenue entièrement ou partiellement dépendante. Et plus ou moins inadaptée, devienne un être humain heureux et efficace dans certaines limites. Qui sont bien que peut-être plus spécifiquement contraignantes du même ordre que celles qu’imposent à chacun d’entre nous les caractéristiques de nos différents tempéraments et de nos facultés intellectuelles.

Importance de la période préscolaire

Avant1 of 2
Utilise ces boutons pour naviguer

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!