Les éléments de mesure du feedback en enseignement

Pour bien évaluer le feedback en enseignement, nous devons, dans un premier temps, penser à l’évaluation de nos résultats eux-mêmes, dans le second, à celle du processus. L’appréciation des résultats nous indique si nous avons bien fait. Celle du processus nous montre comment mieux faire. Cette tâche paraît si difficile, entre autre, parce qu’il existe peu d’expériences auxquelles on puisse se reporter. Les éducateurs ne se sont pas fait remarquer par leur zèle à développer des techniques permettant de mesurer leur influence sur les « attitudes » des élèves.

Mais le problème est moins vaste qu’il n’y paraît. Nous ne désirons pas, après tout, couper les cheveux en quatre pour mesurer les tendances et leur force. Nous nous préoccupons seulement de savoir si ces tendances sont négatives ou positives. Certes, nous avons déjà assez de travail avec l’élimination des aspects négatifs pour ne pas nous soucier outre mesure de la gradation exacte des tendances du feedback en enseignement.

feedback en enseignement et en education

Les éléments de mesure de l’intelligence

Pendant longtemps, les efforts se sont concentrés sur la recherche d’une mesure unique déterminant l’intelligence. Des hommes de science examinèrent le nombre et la place des bosses du crâne et tâchèrent d’établir une corrélation entre les dimensions obtenues et cette chose qui s’appelle l’intelligence. Mais en vain. D’une part, cette « chose » qui s’appelle l’intelligence n’existe pas de la même façon que le cœur ou le cerveau. L’intelligence n’est ni une structure ni un organe pouvant être mesurés avec une balance. L’intelligence est une faculté ou une capacité, impossible à déterminer exactement par une seule caractéristique physique.

D’autre part, ces recherches échouèrent parce que l’intelligence est un phénomène à multiples facettes qui ne peut être inférée qu’indirectement. C’est-à-dire que l’intelligence est déduite à partir de preuves par présomption. Elle est une façon de prédire ce que fera telle personne, l’habileté avec laquelle tel individu maniera une situation, tout ceci étant basé sur l’observation de la personne en question.

La recherche d’une mesure unique de l’intelligence fit place à celle d’un ensemble d’éléments de comportement. Ainsi, il devenait possible de prédire éventuellement la nature générale et spécifique de ce phénomène invisible, l’intelligence, et ce de façon plus réaliste que par l’étude d’un seul élément. Aujourd’hui les tests utilisés pour tirer des conclusions sur l’intelligence comportent plusieurs points. Tous les tests utilisés sont des moyens pour réunir des éléments de comportement.

Les éléments de comportement relatifs au feedback en enseignement

L’expérience qui consiste à tester l’intelligence est très semblable à celle que nous conduisons lorsque nous essayons d’énoncer l’état des connaissances ou de la compréhension d’un élève. Nous Préférons baser cet énoncé sur des réactions à plusieurs, ou même à de nombreux éléments de tests, plutôt que sur les réactions à un seul.

Tout ce qui précède est vrai aussi en ce qui concerne les tendances d’approche ou d’évitement. Nous nous fierons plus aux résultats fondés sur un ensemble de réactions qu’à ceux dérivés d’une seule réaction. Cela peut sembler évident, mais il est nécessaire d’insister à cause de ce qui suit. Grâce à divers éléments de test, il vous est possible d’apprécier dans quelle mesure vous avez réussi à atteindre votre objectif affectif. Vous devez vous rappeler qu’aucun élément n’est censé tout inclure. Sinon vous pourriez le rejeter parce qu’il ne vous donne pas toutes les informations pour faire les déductions appropriées.

Certes, il existe deux sortes d’indications utiles pour révéler les tendances : ce que dit l’élève, et ce qu’il fait. Ceci peut être divisé en sous-chapitres : ce que dit et ce que fait l’élève en votre présence, et en dehors d’elle. Bien des réactions pourraient être utilisées comme des révélateurs de tendances. Mais nous nous limiterons à celles qui sont pratiques et faciles à observer. En fait, il s’agit de répondre à la question suivante: qu’est-ce qui me permet de déceler une attitude favorable ou défavorable envers le sujet de mon cours, dans ce que font et disent mes élèves ? Quelles sont les éléments de comportement dignes de figurer dans les colonnes négatives et positives de mon tableau des influences ?

Les éléments de mesure en éducation nationale

Attention, l’apprenant pourra répondre de la façon qu’il croit opportune

Sans doute, il n’est pas facile de suivre un élève jusqu’à ce qu’il se mette à étudier le sujet enseigné, afin de noter sa réaction. Il vaut donc mieux utiliser la méthode suivante: distribuer un questionnaire (ou poser directement des questions) et observer un certain nombre de comportements liés au sujet d’étude. Ne négligez pas les questions directes. C’est parfois l’approche la plus rapide, la plus valable et la moins onéreuse.

L’honnêteté avec laquelle un élève répond aux points d’un questionnaire dépend en partie de sa connaissance en l’individu qui lui pose les questions. S’il se méfie, il fera de son mieux pour répondre de la façon qu’il croit opportune, c’est-à-dire, de sorte que ses réponses lui causent le moins de dommage possible. Dans le cas inverse, l’étudiant n’éprouvera pas le besoin de cacher ses véritables opinions et il aura tendance à réagir avec franchise.

Il y a mille façons de dire une chose et d’en faire sentir clairement une autre par nos actes. Mais il est possible d’obtenir aux éléments de notre questionnaire des réponses auxquelles nous puissions nous fier si nous les demandons dans les conditions adéquates.  Par exemple, proposez que le questionnaire soit rempli en dehors du cours et rendu à un étudiant. Quelle que soit la méthode choisie, elle doit démontrer à l’apprenant la sincérité de votre désir d’améliorer votre feedback en enseignement.

1 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *