Les éléments fondamentaux de négociation du contrat

img

Avant de procéder à la négociation du contrat réel, il est intéressant d’offrir aux élèves l’occasion de vivre ensemble, en classe, la démarche sous forme d’un jeu où l’adulte se donne aussi un rôle. Par ce biais ludique, les élèves prennent conscience des étapes d’une négociation et se sentent plus à l’aise ensuite. Que le contrat porte sur l’apprentissage d’un savoir, d’un savoir-faire ou d’un savoir-être, la négociation consiste à en définir ensemble chaque élément tout en évitant que le pouvoir institutionnel de celui qui propose le contrat fasse pression sur l’élève.

Pour cela il est important que le demandeur délimite clairement la négociation en indiquant ce qui n’est pas négociable. Parmi les éléments non négociables, par exemple, le respect, l’écoute de chacun, l’utilisation d’un code de langage… Ce recadrage est puissant pour faire comprendre à l’élève, qu’à l’intérieur de ces limites, il a la liberté réelle et concrète de donner son avis, proposer, décider. Ce processus entretiendra sa motivation et son énergie.

vivre ensemble en classe

Les étapes de négociation du contrat

La négociation se déroule pour chaque élément du contrat selon trois étapes.

  • Première étape : L’élève et l’adulte proposent des options afin de résoudre les difficultés et de réaliser l’objectif. Il est souhaitable de laisser l’élève libre de proposer ses options le premier. Cette reconnaissance par l’adulte de ses capacités d’initiative le stimule et le pousse davantage à chercher et à réfléchir. L’adulte propose ensuite ses solutions qui peuvent être alors des suggestions qui enrichissent le cheminement de l’élève et rebondissent sur les siennes.
  • Deuxième étape : L’élève choisit une ou plusieurs options et décide des actions correspondantes lors d’un échange où l’adulte l’aide à préciser ses idées et à les reformuler.
  • Troisième étape : Les partenaires élaborent un programme de réalisation de ces actions en répondant aux questions : quand ? Comment ? Où ? Avec qui ? Avec quels supports ? etc. Ils vérifient si ce programme est effectivement réalisable dans la réalité, scolaire et non scolaire, de l’élève. Cette dernière étape est un facteur important de la réussite du contrat, car l’adulte qui a initié le contrat peut aider l’élève, par des questions ouvertes et bienveillantes portant sur les difficultés ressenties par l’élève, ses réussites, ses goûts et les raisons éventuelles du problème évoqué, c’est-à-dire ce qui l’empêche de réussir.
négociation du contrat pedagogique

Les éléments du contrat à négocier

Cinq éléments essentiels du contrat sont à négocier :

  • L’échéance du contrat. L’élève propose des échéances. L’adulte lui indique celles souhaitables en fonction de paramètres comme la progression pédagogique du cours. L’élève choisit. Il est alors utile de lui demander les raisons de son choix pour le conduire à l’articuler davantage à sa réalisation concrète. S’il propose, en effet, une échéance longue (un an) son énergie se dispersera ou s’épuisera par le simple fait qu’il s’imagine disposer de beaucoup de temps. Dès le début de la négociation sur l’échéance, l’impact est étonnant auprès des élèves qui témoignent aussitôt d’une certaine curiosité.
  • Les moyens utilisés pour réaliser le contrat. Nombreux et variés, ils dépendent du contenu du contrat et recouvrent les moyens matériels (textes, documents…), les structures (lieux et temps), les méthodes et les comportements de travail (gestion du temps, écoute active…).
  • Le type de la production finale qui concrétise le contrat. Un contrat ne peut être réalisé que s’il se traduit par une production matérielle (un texte, un dossier, un exposé…) et comportementale (une leçon apprise, une présence régulière, une maîtrise de la violence…).
  • Les aides auxquelles l’élève fera appel. Ses professeurs, ses camarades, sa famille, des personnes appartenant ou non à l’établissement peuvent l’aider à réaliser son contrat. Mais il est préférable de délimiter clairement ces aides en termes de temps et de lieux afin d’éviter que l’élève ne se repose passivement sur elles dès la première difficulté.
  • L’évaluation du contrat. Elle est nécessaire pour que l’élève sente que son contrat est reconnu comme un travail réel entrant dans son cursus scolaire. Elle peut être effectuée par celui qui a proposé le contrat, par d’autres membres de l’équipe pédagogique, par des camarades, par l’élève lui-même en auto-évaluation, lors de la négociation.

L’engagement de mener à bien le contrat

L’idée d’engagement est importante à faire émerger tout au long du processus contractuel. Il permet aux élèves d’expérimenter l’autonomie par la prise de responsabilité fréquente, et suscite une motivation continue et cohérente grâce à ce fil directeur. De plus, entretenir, de façon démagogique, la croyance qu’un contrat n’engage pas les personnes qui le négocient et que l’interrompre n’entraînerait aucun risque, aucune conséquence serait peu constructif pour la formation de l’élève en tant que personne et citoyen, agissant en adulte dans la société. Au fur et à mesure de la prise de conscience de son engagement, l’élève en rédige les termes, négocie la remédiation éventuelle, et signe s’il le veut.

Pour être authentique, l’engagement devrait être réciproque. L’adulte signifie clairement son engagement qu’il peut aussi rédiger et signer, à côté de l’élève, comme de vrais partenaires. Cet engagement, pourtant, est en partie piégé, car l’adulte en fait, ne court aucun risque. Et lorsque c’est l’institution qui a proposé le contrat, il y a inégalité avec l’élève de par la situation même. Cet engagement présente néanmoins un intérêt certain. Alors qu’il existe de manière diffuse et implicite dans le fonctionnement pédagogique habituel, dans le contrat il est exprimé à l’élève. Cette parole est puissante sur le plan symbolique.

Souvent, au moment de signer, se produit aussi un déclic de plaisir et d’attention. Surtout chez les élèves âgés, en échec scolaire, qui ont des centres d’intérêt autres que l’école, ainsi qu’une maturité acquise lors d’expériences variées et parfois difficiles. Ils ressentent profondément, dans l’acte de s’engager et de signer à côté de l’adulte, la reconnaissance de leur identité et de leur individualité qui peut être vécue alors comme plus positive.

Review Overview

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *