Les images mentales chez l’enfant ont différentes catégories

La psychologie associationniste considère l’image comme un prolongement ou un développement de la perception et comme un élément de la pensée. Celle-ci ne consistant qu’à associer entre elles sensations et images mentales. En fait les associations sont toujours des assimilations.

images mentales chez l'enfant  problèmes

Les problèmes de l’image

En fait, Il semble que les images mentales soient d’apparition relativement tardive et qu’elles résultent d’une imitation intériorisée, leur analogie avec la perception ne témoignant pas d’une filiation directe, mais du fait que cette imitation cherche à fournir une copie active des tableaux perceptifs, avec éventuellement des ébauches de réafférences sensorielles.

Quant au problème de relations entre l’image et la pensée, tant Binet que les psychologues allemands de l’école de Wurzburg ont montré l’existence de ce qu’ils appelaient une pensée sans image. On peut imaginer un objet, mais le jugement qui affirme ou qui nie son existence n’est pas lui-même imagé. Cela revient à dire que jugements et opérations sont étrangers à l’image. Mais, cela n’exclut pas que celle-ci joue un rôle à titre non pas d’élément de la pensée mais d’auxiliaire symbolique complémentaire du langage.

En effet, celui-ci ne porte jamais que sur des concepts ou sur des objets conceptualisés à titre de classes singulières. Le besoin subsiste, chez l’adulte aussi bien que chez l’enfant, d’un système de signifiants portant non pas sur des concepts. Mais sur les objets connus tels et sur toute l’expérience perceptive passée du sujet. C’est à l’image qu’est dévolu ce rôle et son caractère de symbole lui permet d’acquérir une ressemblance plus ou moins adéquate, en même temps que schématisée, avec les objets symbolisés.

Le problème que soulève l’image en psychologie de l’enfant est alors de suivre au cours du développement les relations entre le symbolisme imagé et les mécanismes pré-opératoires ou opératoires de la pensée.

Deux types d’images mentales

Il faut d’abord distinguer deux grandes catégories d’images mentales. Les images reproductrices, qui se bornent à évoquer des spectacles déjà connus et perçus antérieurement. Et les images anticipatrices, qui imaginent des mouvements ou transformations ainsi que leurs résultats. Mais sans avoir assisté antérieurement à leur réalisation. En principe, les images reproductives peuvent elles-mêmes porter sur en configurations statiques, sur des mouvements (changements de position) et sur des transformations (changements de forme). Car ces trois sortes de réalités sont constamment offertes dans l’expérience perceptive du sujet. Si l’image procède de la seule perception, on devrait donc trouver à tout âge, selon des fréquences correspondant à celles des modèles courants de la réalité, des images reproductrices appartenant à ces trois sous-catégories statiques, cinétiques et de transformation.

Or, l’un des principaux enseignements des faits recueillis est qu’au niveau pré-opératoire, les images mentales de l’enfant sont presque exclusivement statiques, avec difficulté systématique à reproduire des mouvements ou des transformations ainsi que leurs résultats eux-mêmes. Ce n’est qu’au niveau des opérations concrètes (après 7-8 ans) que les enfants parviennent à ces reproductions de mouvements et de transformations, en même temps qu’aux images anticipatrices de catégories correspondantes. Cela semble donc prouver :

  • que la reproduction imagée de mouvements ou de transformations même connus suppose elle aussi une anticipation ou une ré-anticipation;
  • que toute image (reproductrice comme anticipatrice) de mouvements ou de transformations s’appuie sur les opérations qui permettent de comprendre ces processus en même temps que de les imaginer.

Images cinétiques et de transformations

Quant aux images mentales cinétiques, la plus simple des images reproductrices cinétiques nous a semblé, avec F. Frank et T. Bang, être constituée par celle d’un carré posé au-dessus d’un autre. Le côté supérieur de ce dernier étant adjacent au côté inférieur du premier. dont il s’agit d’anticiper un léger déplacement. On s’est d’abord assuré par ailleurs que l’enfant sait bien dessiner en copie (ce qui est le cas des 5 ans). Le modèle exact, donc un carré partiellement superposé à un autre et partiellement en surplomb.

Or, si étrange que cela paraisse, le dessin de représentation imagée et non pas de copie n’est réussi en moyenne qu’à 7 ans et au-delà. Les jeunes sujets se bornent, en effet, à dessiner le carré dans sa position initiale. Ou à côté de l’autre carré. Lorsqu’ils parviennent à marquer un léger déplacement, ils amincissent le carré supérieur (mobile) ou allongent l’inférieur. De manière à ce que le carré déplacé ne dépasse pas la frontière de l’autre.

Concernant l’image de transformation, on peut citer une épreuve étudiée avec F . Frank. Elle porte sur l’étirement d’un arc en une droite. Ou au contraire sur le courbement de la droite en un arc. Ici à nouveau on assiste à une difficulté remarquable à imaginer les positions intermédiaires. Quant aux résultats de la transformation, on retrouve chez les jeunes sujets (jusque vers 7 ans) un remarquable effet de frontière. La droite résultant de l’étirement de l’arc dévaluée de 34 % à 5 ans parce qu’il importe pour le sujet qu’elle ne dépasse pas les frontières extrêmes de l’arc. Et l’arc résultant du courbement de la droite surestimé de + 29 % i 5 ans de manière à ce que ses extrémités rejoignent celles de la droite.

Images mentales en couleurs

Images mentales et opérations

Venons-en donc à l’analyse directe des relations entre la représentation imagée et l’opération. La technique consiste à présenter des épreuves habituelles de conservation opératoire. Mais, au lieu d’interroger le sujet sur les transformations qu’il vient de constater matériellement. On lui demande d’abord d’anticiper ce qui va se passer en imaginant les phases et les résultats des transformations. A partir de cette technique, on a pu montré que les images mentales ne constituent qu’un système de symboles traduisant plus ou moins exactement. Mais en général avec retard, le niveau de compréhension pré-opératoire puis opératoire des sujets. L’image ne suffit donc point à engendrer les structurations opératoires.

Tout au plus peut-elle servir, lorsqu’elle est suffisamment adéquate à préciser la connaissance des états que l’opération reliera ensuite par un jeu de transformations réversibles. Mais l’image en elle-même demeure statique et discontinue. Lorsque, après 7-8 ans, l’image devient anticipatrice et par conséquent mieux à même de servir de support aux opérations, ce progrès ne résulte pas d’une modification interne et autonome des images. Mais bien de l’intervention d’apports extérieurs, qui sont dus à la formation des opérations. Celles-ci dérivent, en effet, de l’action elle-même, et non pas du symbolisme imagé, pas plus d’ailleurs que du système des signes verbaux ou du langage.

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!