Pédagogie

Les objectifs culturels et les besoins des apprenants

Dans la perspective communicationnelle actuelle, l’intégration d’une approche minimale culturelle dans les cours de débutants est concevable. Minimale, parce qu’elle dépendrait des thèmes du manuel basés sur la progression linguistique. Mais pour lesquels des exercices pédagogiques et des objectifs culturels y seraient intégrés. Ces contenus traités pour eux-mêmes suffiraient à légitimer l’approche interculturelle.

objectifs smart

Des objectifs culturels dans l’apprentissage

À partir d’un niveau plus avancé de l’apprentissage de la langue, il serait souhaitable de pratiquer un apprentissage essentiellement culturel/interculturel. Il n’est pas question ici d’approfondir les connaissances des apprenants sur la société et la langue étrangère, comme c’est majoritairement le cas actuellement. Mais de choisir des sujets sélectionnés en fonction des intérêts, des besoins, de la motivation des apprenants. Et aussi d’après les spécificités qui relient les cultures en présence. Il serait alors souhaitable d’établir une progression en fonction de ces critères. L’apprentissage reposant sur la recherche, la découverte, la comparaison. Mais aussi la décentration ethnocentrique, renverrait le statut de la langue à celui de moyen, et non de finalité d’apprentissage.

Dans un enseignement des langues-cultures, une approche maximale de la culture est aussi réalisable. La langue et la culture sont ici intégrées. Car considérées comme deux entités globales indépendantes, deux objectifs didactiques différents à atteindre. Dans ce cas, il est nécessaire de mettre en œuvre une méthodologie portant sur la langue et la culture. Mais, renfermant une approche parallèle et distincte, où langue et culture auraient leur propre cohérence. Les contenus renverraient à la culture étrangère, mais aussi à la culture maternelle (surtout dans la perspective interculturelle). Les activités pédagogiques s’adapteraient aux thèmes traités en fonction des caractéristiques liant les deux cultures.

Que nous soyons des adeptes de l’apprentissage (inter)culturel ou des dénigreurs de celui-ci; l’enseignement des langues-cultures ne peut se passer d’une réflexion didactique sur les objectifs culturels et sur leur apprentissage. Langue et culture sont intrinsèquement liées, il faut donc se rendre à l’évidence sur le plan didactique et méthodologique.

objectifs culturels

Les besoins culturels des apprenants

L’un des critères principaux est l’analyse des besoins culturels des apprenants qui peuvent être recueillis par des enquêtes. D’après ces dernières, les apprenants de français ont témoigné de phénomènes observés ou vécus qu’ils n’avaient pas compris, qu’ils avaient mal interprétés ou qui leur semblaient étranges. Il existe également tout un ensemble de jugements ou de représentations que les apprenants ont exprimé inconsciemment à propos de certains usages ou concernant la mentalité étrangère. Voici quelques critères à prendre en considération :

  • Un apprentissage de la culture doit préparer l’apprenant à agir et à réagir dans un ensemble de contextes diversifiés.
  • Il doit, en outre, préparer l’apprenant à résoudre les problèmes ou les confrontations d’ordre linguistique et paralinguistique inhérents aux contacts interculturels.
  • Un apprentissage doit permettre à l’apprenant d’interpréter et de produire des signes culturels multiples dans un ensemble de contextes avec des objectifs culturels variés.
  • Il doit préparer l’apprenant à négocier et à maîtriser un ensemble de situations culturellement variées.
  • Il doit former l’apprenant à utiliser ses connaissances culturelles dans un ensemble de situations diverses, connaissances comportementales, discursives, anthropologiques, sociales…
  • Cet apprentissage doit entraîner l’apprenant à reconnaître, accepter et comprendre les membres de la culture étrangère en tant qu’individus appartenant à une culture spécifique, y compris celle de l’apprenant.
  • Il doit amener l’apprenant à relativiser les spécificités culturelles de sa culture maternelle et viser la compréhension mutuelle.

Un autre critère incontournable est la didactisation de certaines disciplines de références indispensables à l’élaboration d’une méthodologie d’apprentissage. La lexicologie, la sémantique, la phonétique, la pragmatique linguistique, la sociolinguistique interactionnelle, la sociologie, la psychologie sociale… dont on ne peut s’approfondir dans un article se voulant essentiellement pédagogique.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!

Adblock détecté

Veuillez désactiver Adblock sur votre navigateur. Merci