Les troubles à l’adolescence et leur influence sur le milieu scolaire

Au cours de leur développement, les adolescents connaissent fréquemment des problèmes de santé mentale et souffrent parfois de divers troubles à l’adolescence tels que la dépression, le stress scolaire, l’épuisement scolaire et même des idéations suicidaires. Si certaines pathologies dont souffrent les adolescents, comme la dépression et les idéations suicidaires, commencent à être plutôt bien connues, d’autres éléments appliqués au milieu scolaire restent encore peu explorés. De même, on dispose à ce jour de peu de connaissances relatives aux facteurs déterminants et aux éventuelles interactions entre ces troubles. L’objectif de ce présent article est de faire le point sur les connaissances actuelles concernant ces diverses affections mentales. Dans un deuxième temps, nous souhaitons développer une meilleure prévention de ces manifestations.

troubles à l’adolescence

La dépression, parmi les graves troubles à l’adolescence

La dépression est une pathologie fréquente à l’adolescence. En effet, selon plusieurs études, on estime que 24 % des adolescents présentent des symptômes dépressifs à un moment donné de leur développement, avant d’atteindre l’âge de 24 ans. Plusieurs facteurs de vulnérabilité ont été identifiés. Ces facteurs peuvent être soit génétiques, soit dus à des traits de personnalités. Tels que le neuroticisme, ou encore le stress, les styles attributionnels ainsi que les relations familiales et amicales. Notamment un faible soutien social par les pairs.

Plusieurs études ont montré que des adolescents dépressifs rapportent significativement plus d’événements de vie négatifs qui seraient une conséquence d’un manque de flexibilité dans les stratégies d’ajustement au stress quotidien. Le lien entre les symptômes dépressifs et l’augmentation du nombre d’événements de vie négatifs s’explique par une tendance à la rumination des situations stressantes au quotidien. Et donc d’une interprétation plus négative et plus importante de ces événements. Enfin, la plus importante des conséquences de la dépression chez les jeunes est l’augmentation considérable du risque de suicide.

Le stress scolaire

Le stress scolaire

Par définition, le stress scolaire est un état chronique chez des élèves qui se sont fixé des objectifs irréalistes. Ou dont la perception et les attentes de l’entourage dépassent leurs capacités. Une étude menée auprès de 1 108 adolescents de 12 à 18 ans, issus des écoles secondaires. Les résultats montrent un lien de médiation et d’amplification de la dépression entre le stress scolaire et les idéations suicidaires. Elle a montré aussi l’impact et la nocivité du stress quotidien exercé par l’entourage. Notamment par les parents et les pairs, engendrant ainsi des symptômes dépressifs et des troubles à l’adolescence. Une autre étude conduite auprès de 1 171 élèves entre 9 et 13 ans a mis en exergue. D’une part, l’impact du stress scolaire sur l’anxiété, d’autre part, le rôle protecteur du soutien parental et plus particulièrement paternel.

Sur le plan des conséquences du stress scolaire, on a souligné la nuisance de la dépression et de l’anxiété sur la santé mentale des adolescents. En fait, un taux élevé de stress scolaire associé à d’importantes somatisations. Telles que maux de têtes, douleurs abdominales, maux de dos et étourdissements. Les élèves aux prises avec un haut degré de stress scolaire plus susceptibles d’affections par des ulcères d’estomac, une tension élevée et de l’asthme. De même, ces élèves ont une plus grande tendance à la consommation d’alcool et d’autres substances.

L’épuisement scolaire

L’épuisement scolaire ou « burnout » est une manifestation bien distincte de la dépression parmi les troubles à l’adolescence. Chez l’adulte en situation professionnelle, il se caractérise selon trois dimensions. l’épuisement émotionnel, la dépersonnalisation et le manque d’accomplissement personnel. D’après une récente étude auprès d’élèves, trois aspects du burnout peuvent également se retrouver. Il s’agit d’un épuisement relatif aux demandes scolaires. D’une attitude cynique à l’égard de l’école et d’un sentiment d’inadéquation en tant qu’élève. Cette étude a permis d’élaborer une échelle en neuf items pour évaluer le burnout, le SchoolBurnoutInventory.

Par ailleurs, dans cette étude, le score de burnout positivement relié au score de dépression. Et négativement associé à la réussite scolaire. Par définition, l’épuisement scolaire est une forme sévère du stress scolaire. Les résultats de cette étude ont montré que le score était positivement lié à un climat scolaire hostile et à une faible réussite scolaire. Tandis que des encouragements motivationnels et un soutien positif reçu de la part des enseignants et enseignantes étaient négativement reliés au score.

Cependant, les filles avaient des scores de burnout plus élevés que ceux des garçons. L’origine socio économique et la structure familiale n’avaient pas d’impact significatif sur le score. Les élèves ayant de fortes attentes à l’égard de leur scolarité ou vulnérabilisés par un stress chronique seraient particulièrement à risque. Un syndrome de surentraînement perçu chez des adolescents sportifs. Des scores élevés corrélés positivement à l’anxiété, l’absentéisme et à une baisse des résultats scolaires. Alors qu’au départ il s’agissait de bons élèves. De plus, les élèves dont les capacités à faire face aux événements extérieurs étaient réduites. Ou qui avaient une impression de manque de contrôle sur les événements étaient particulièrement vulnérables.

l’adolescence en milieu scolaire

Pistes de prévention des troubles à l’adolescence en milieu scolaire

Face à l’influence de la pression des enseignants et enseignantes sur le stress scolaire que vivent les élèves. Il est impératif que ces professionnels prennent connaissance de ce fait. D’où l’importance de mieux cerner les facteurs protecteurs. Afin que les enseignants et enseignantes sachent quelle attitude adopter face à un élève qui semble dépassé par le travail scolaire et éviter ainsi la démotivation. D’ailleurs, il semble qu’un soutien motivationnel et un renforcement positif de la part des professionnels réduiraient significativement les scores d’épuisement scolaire.

En fait, un environnement scolaire chaleureux semble d’une grande utilité. Il serait également souhaitable que des psychologues œuvrant avec des adolescents. Ainsi que tout autre professionnel dans ce domaine connaissent ces problèmes afin de mieux identifier des mal-être chez les jeunes. Et, ainsi, d’exercer une meilleure prise en charge de ces adolescents. Sur le plan de la prise en charge, le développement de certaines habiletés permettant de faire face au stress pourrait être utile. Ici, on a bien montré l’importance des capacités de résilience en tant que facteur protecteur chez des élèves, notamment face à des comportements à risques.

Par ailleurs, une recension d’écrits a mis en exergue l’importance des stratégies de coping dans la gestion du stress au quotidien, en particulier chez des adolescents. Enfin, chez l’adulte en situation professionnelle, le sentiment d’efficacité personnelle s’est avéré un facteur protecteur contre le burnout. Alors, il est tout à fait envisageable que cela soit également valable pour des élèves ayant des troubles à l’adolescence.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *