Sept conseils pour devenir institutrice qualifiée

L’institutrice est sur scène pendant ses heures d’enseignement. Comme l’acteur, elle devra intéresser son public. Ainsi, elle devra, comme un acteur, savoir placer sa voix, utiliser une gestuelle appropriée, apprendre son rôle, réagir à son public, tenir compte des réactions de la salle et, surtout, montrer à ses spectateurs tout le respect et l’intérêt qu’elle a pour eux. Pour ce faire, nous vous proposons dans cet article des pratiques pour devenir institutrice qualifiée.

devenir institutrice en classe

Si vous promettez, tenez !

Si vous désirez perdre la face et mettre à mal votre autorité, il vous suffira de menacer de toutes les foudres un élève ou la classe, et finalement n’en rien faire. Les institutrices qui menacent sans cesse mais ne mettent jamais leurs menaces à exécution seront vite cataloguées par leurs élèves comme sans autorité. Il est très important que votre parole ne soit pas mise en doute. Quand vous promettez un devoir supplémentaire, quand vous menacez un élève de l’envoyer chez le directeur. II faut absolument, qu’après un tel avertissement, vous exécutiez votre menace s’il n’en a tenu aucun compte.

Certes, il en est de même pour une récompense. Par exemple, « dès que vous aurez fini cet exercice, je continuerai à vous lire le conte que j’ai commencé hier ». Ce n’est ni l’emploi du temps, ni une autre activité qui doivent alors vous empêcher de vous installer pour lire. Lorsque vous donnez un travail supplémentaire ou, au pire, une punition écrite, deux impératifs : pensez à demander cette punition ou ce travail au jour demandé, et corrigez-le. Lorsque vous menacez d’écrire un mot sur le cahier de correspondance, écrivez-le, pensez à exiger la signature des parents et vérifiez-la.

Savoir différer pour devenir institutrice compétente

Tous les problèmes, qu’ils soient d’ordre pédagogique ou d’ordre disciplinaire ne demandent pas toujours une réponse immédiate. Il est même le plus souvent préférable de différer les réponses, qui auront alors eu le temps de mûrir ou de se décanter suivant les cas.

Vous aviez prévu de faire progresser les élèves dans leurs apprentissages sur une donnée particulière. Pour différentes raisons, vous n’êtes pas parvenu à ce que cette acquisition soit intégrée par vos élèves. Est-ce utile d’insister, est-ce utile de prolonger le temps, est-ce utile de vous escrimer à vouloir la faire passer de force ? C’est du temps perdu. Au contraire, vous passez alors à autre chose, à une autre discipline complètement différente. Vos élèves seront à nouveau disponibles.

Le lendemain, ou deux heures après, vous reviendrez sur cette difficulté qui est restée en suspens. Vous la présenterez d’une autre manière, vous veillerez à ne pas reproduire à l’identique l’approche que vous aviez utilisée la première fois. Et c’est alors que vous constaterez que le temps de la première séquence, que vous aviez considéré comme du temps perdu, a été pour de nombreux élèves un temps qui leur a permis d’intégrer un certain nombre d’acquisitions qui demandaient maturation.

Moins on parle, mieux on est écouté

L’institutrice qui monopolise la parole n’est plus écoutée. Elle a notamment pour habitude de répéter plusieurs fois la même consigne. L’élève a-t-il alors besoin de l’écouter puisqu’il a pris conscience que son institutrice va se répéter plusieurs fois ?

Une consigne ne devrait être donnée qu’une fois, éventuellement répétée par un élève qui montrera ainsi qu’elle a bien été entendue. Vos élèves prendront vite l’habitude d’être attentifs dès votre première formulation. Si vous voulez attirer l’attention de vos élèves, leur permettre de se concentrer, il faut que vous économisiez votre voix. Il faut que vous gardiez pour des moments exceptionnels un registre élevé. Tel maître qui a une voix haut perchée et qui l’utilise dans ce registre en permanence ne fera que créer inattention et bruit.

Une voix peu élevée, distincte et utilisée avec parcimonie instaure dans la classe calme et attention. Un retour au calme dans une classe au travail, mais où le bruit a pris trop d’importance ne pourra pas être obtenu en essayant de dominer le bruit ambiant. Cela se fera en deux temps : vous signalerez par un moyen reconnu par tous que le niveau de bruit a dépassé les limites, puis vous reprendrez votre enseignement avec une voix plus feutrée encore que d’habitude et demandant de l’attention pour être entendue.

pour devenir institutrice qualifiée

Jouer de sa voix

Des statistiques montrent que les problèmes de voix apparaissent le plus souvent chez les enseignants qui exercent dans des environnements bruyants telles les classes de maternelles. Devenir institutrice est votre choix. Alors, votre voix est votre outil de travail. Aussi faut-il avoir constamment à l’esprit deux objectifs dans l’utilisation de cet outil.

  • Vous devez l’économiser : d’une part en parlant le moins possible, d’autre part en l’utilisant dans un registre qui ne la fatigue pas. Très souvent, un geste, un regard sont suffisants pour obtenir ce que vous demandez. Trop souvent, les locaux de classe ne bénéficient pas d’une acoustique particulièrement soignée.
  • Vous devez apprendre à vous servir de votre voix pour devenir institutrice qualifiée: comme pour tout autre outil, il vous faudra vous entraîner à l’utiliser, comme les acteurs ou les chanteurs. Savoir la placer vous évitera fatigue et risques d’extinction de voix, quitte à prendre des cours de diction ou de chant. Les voix de tête, celles qui sont particulièrement aiguës sont peu compatibles avec la gestion d’une classe. Ces voix provoquent souvent chez les élèves fatigue, et donc inattention, et bruit dans la classe. En fait, jouer de sa voix, c’est savoir la moduler suivant les circonstances. Un éclat de voix, un haussement de ton, devront être utilisés pour surprendre, ramener les élèves, l’ensemble de la classe à une attention qui aurait pu disparaître. Dès que cette attention sera revenue, vous reprendrez votre voix normale, même peut-être encore plus bas.

Un élève qui s’ennuie, trouvera à s’occuper !

La journée de classe est longue pour l’élève qui s’ennuie. Les élèves qui n’ont rien à faire ou qui font un travail inintéressant, qui s’ennuient, ne quitteront pas la classe. Mais ils trouveront les moyens soit de s’occuper, soit de s’agiter, soit même inconsciemment d’organiser un chahut pour signifier à l’institutrice que ce qu’elle leur propose manque d’intérêt.

Lorsque la classe lui échappe, l’institutrice doit très vite se poser des questions sur les activités qu’elle a proposées : ne seraient-elles pas exclusivement occupationnelles ? Ont-elles un intérêt pour les élèves ? Qu’est-ce que je cherche vraiment en les proposant ?

Maintenant, il est temps de proposer une autre activité. Les élèves peuvent être fatigués. La notion que l’institutrice veut leur faire acquérir ne fait absolument pas partie de leurs priorités. Le désir qu’elle a de prolonger cette activité parce qu’elle l’a programmée serait-il son seul désir ?

Sans doute, il faut qu’elle apprenne à reporter une activité qui est en train de s’essouffler. Le plus souvent, c’est elle qui génère cet ennui et, par conséquence, des élèves qui lui échappent. C’est le moment pour l’institutrice de lancer une autre activité, de fédérer ses élèves autour d’un projet, d’une acquisition qui les intriguera, les motivera, leur donnera envie de rester avec elle pour aller plus loin. Il faut relancer l’intérêt des élèves en leur proposant autre chose, mais sans leur donner l’impression que c’est leur attitude qui a conduit à ce changement.

Apprendre à moduler ses exigences pour devenir institutrice qualifiée

En fait, quand vous exigez quelque chose de vos élèves, il faut que vous soyez certaine de pouvoir l’obtenir, sinon vous êtes perdante et vous perdrez peu à peu de votre crédibilité.

Prenons alors un exemple pour concrétiser cette maxime. Vos élèves sont particulièrement agités, ils sont très bavards, ils sont probablement fatigués. Vous exigez deux minutes de silence complet (à la fois pour reprendre votre classe en main et pour retrouver leur attention). Avec tous les artifices que vous savez employer vous obtenez ce silence ? Bravo ! Maintenant, il faut le maintenir pour la durée que vous avez décidée. Vous vérifiez le temps qui s’écoule sur votre montre. Vous rappelez à l’ordre, d’un geste (ainsi vous ne rompez pas le silence), celui qui semblerait ne pas appliquer la consigne. Par contre, vous n’attendez pas la fin du temps prévu. Vous les félicitez à voix très basse et vous les invitez, toujours à voix très basse, à reprendre leurs activités dans un minimum de bruit.

A contrario, il est inutile d’exiger de monter en silence deux étages, dans un escalier, avec d’autres classes qui empruntent le même chemin. C’est impossible. Vous pouvez inviter vos élèves à ce que cette montée se fasse dans un calme relatif. Il vous sera d’autant plus facile d’exiger que l’installation en classe et le début de la séquence pédagogique se fasse dans le plus grand calme en faisant pratiquer un certain nombre de rituels.

Pour devenir institutrice qualifiée, elle doit admettre qu’elle ne sait pas tout et qu’elle peut se tromper !

Souvent, vos élèves s’imagineront que vous savez tout, que vous ne faites jamais d’erreur. Or vous savez qu’il n’en est rien. II faut très vite faire preuve de modestie. Trop de maîtres s’imaginent qu’ils vont perdre de leur autorité s’ils montrent qu’ils sont faillibles.

Or, quoi de plus difficile que d’écrire sur un tableau ? Prendrez-vous toujours le temps de vous reculer pour relire ce que vous venez d’écrire ? Saurez-vous voir l’erreur que vous avez écrite ? Et si un élève vous fait remarquer qu’une orthographe est défaillante, quelle attitude prendre ? Vous saurez alors le remercier de son attention qui vous permet de corriger l’erreur que vous avez commise, le nez sur le tableau. L’institutrice, comme l’élève, a droit à l’erreur.

En plus, évitez d’avoir réponse à toutes les questions que vous posent vos élèves pour devenir institutrice qualifiée. Très souvent, l’élève pose une question uniquement pour avoir une réponse qu’il aura vite fait d’oublier. D’autre part, vous ne saurez pas répondre à un certain nombre de questions, et il pourrait vous arriver de donner une réponse qui ne soit pas exacte. Avouez votre ignorance, incitez vos élèves à chercher avec vous la réponse. Différez la réponse, réservez un cadre, sur le tableau, pour noter que vous avez une réponse à chercher ensemble. Par contre, dans les relations avec les familles, vous ne pouvez pas vous permettre d’erreurs. Pour les parents, vous êtes irréprochable et un exemple pour leur enfant.

1 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *