Troubles DYS tout ce qu’il faut savoir brièvement

En fait, est considérée comme dysgraphie toute écriture qui, en absence de trouble neurologique avéré, empêche le scripteur de structurer sa pensée, de libérer ses émotions, de mettre en forme ses sentiments. Ceci parce que son écriture n’est pas assez rapide pour suivre le rythme de la pensée. Pas assez lisible pour qu’il puisse communiquer une idée à autrui ou même se relire lui-même. Et parce qu’elle est une entrave à un développement scolaire normal. Ainsi, nous pouvons constater que dû à l’écriture très lente et illisible des concernés, ils peuvent être considérés comme des dysgraphiques.

La dysphasie, troubles DYS du langage

La dysphasie est un déficit durable et permanant du langage. Elle se caractérise par des troubles sévères au niveau de la compréhension et/ou de l’expression du langage parlé, en l’absence de perte auditive, de déficience mentale, ou d’un trouble affectif. Quant au rapport entre la dyslexie et la dysphasie, de nombreuses études récentes affirment que l’apprentissage du langage écrit et celui du langage oral sont intrinsèquement liés. Il est vraisemblable que l’aptitude à apprendre à lire dépend essentiellement des aptitudes phonologiques dont jouit l’enfant.

Celles- ci consistent en sa capacité à manipuler les composantes sonores de la parole. Un dyslexique manifeste de grandes difficultés à effectuer certaines tâches phonologiques telles que le jugement de rimes, la suppression d’une syllabe ou d’un phonème, etc. D’ailleurs, un taux important de dyslexiques ont affronté des difficultés précoces au cours de leur apprentissage à parler. C’est pourquoi, de nombreux auteurs estiment que les troubles du langage oral et écrit appartiennent à un même continuum.

La dyscalculie

La dyscalculie

Utilise ces boutons pour naviguer

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *