Un enfant instable causes et conséquences

L’instabilité, dont on parle beaucoup aujourd’hui, dont on rend responsable la civilisation contemporaine, semble concerner un nombre de plus en plus grand d’enfants. Un enfant instable se révèle très tôt. Ses parents disent qu’il est nerveux, qu’il est remuant, qu’il est toujours en mouvement. Ou qu’il est jeune ou qu’il est plein de vie. Mais on ne s’en inquiète vraiment que lorsque l’instabilité atteint un haut degré. Ce qui se passe habituellement autour de 8 ans parce que celle-ci se complique de l’exubérance propre à cet âge. Et que la discipline scolaire ne peut la contrôler.

Les psychologues disent qu’un enfant est instable quand son activité motrice est désordonnée. Qu’il ne parvient pas à concentrer son attention sur un seul objet et que ses émotions sont fluctuantes. Ils distinguent également l’instabilité de la turbulence. Un enfant hyperactif, ou un enfant hypertonique, quel que soit son âge, est turbulent. Mais il est capable de se fixer quand quelque chose le captive.

L’enfant instable, au contraire, est remuant en permanence. Il lui est impossible de se fixer et son entourage ne parvient pas à le calmer. D’ailleurs, le milieu scolaire tolère très mal son instabilité. Et constitue une cause quotidienne de conflit entre l’enfant et sa famille. En tant que parents, il faut que vous sachiez qu’il y a plusieurs formes d’instabilité. Il est bon que vous puissiez reconnaître celle qui, éventuellement, affecte votre enfant afin de la traiter en conséquence.

enfant instable

Un enfant instable par retard intellectuel

Cette instabilité est le fait d’un enfant qui est victime du décalage entre son âge chronologique et son âge mental. Par exemple, un enfant qui a 8 ans d’âge chronologique et 6 ans d’âge mental ne pourra satisfaire à l’effort de compréhension et de socialisation qu’on attend de lui en le considérant selon son âge chronologique.

Il est bien certain que cet enfant est dépassé dans toutes les circonstances, tant à la maison où il ne peut pas faire ce qu’un enfant de 8 ans devrait normalement faire, qu’en classe où les matières scolaires enseignées ne sont pas à sa portée. Comme il n’arrive pas à suivre, que tout ce qu’on lui demande est trop difficile, un tel enfant s’ennuie. En classe, il bouge pour s’occuper ou pour attirer l’attention sur lui. A la maison, il fait des bêtises et n’en accepte pas la responsabilité car il n’a que l’autonomie d’un enfant de 6 ans. Ou bien il se livre à une activité motrice désordonnée pour se donner de l’importance.

Pour réduire cette instabilité, il y a deux choses à faire :

  • D’abord comprendre que cet enfant de 8 ans ne doit être considéré que comme un enfant de 6 ans. Et n’exiger de lui que ce qu’on exigerait normalement d’un enfant de deux ans plus jeune. En présence de demandes, qu’il est en mesure de satisfaire, l’enfant est heureux d’agir. Le résultat positif de son entreprise le comble de joie et lui redonne confiance. Il n’a plus à toucher à tout, ni à s’agiter  pour se reconnaître dans sa famille.
  • Ensuite le scolariser dans une classe de perfectionnement où il trouvera des centres d’intérêt, où il recevra un enseignement adapté à son niveau mental et où il ne risquera pas de se désocialiser.

L’instabilité de l’enfant asthénique et de l’enfant déficient moteur

L’enfant bouge énormément en classe et à la maison. Si vous habitez la ville ou si l’enfant a des frères et sœurs, il est probable que son instabilité vous ait préoccupés bien avant l’âge de 8 ans. Si vous habitez la campagne ou si c’est votre unique enfant, elle vous sera apparue un peu plus tardivement. En observant de façon attentive votre fils ou votre fille, vous vous apercevrez que son instabilité est davantage une instabilité de posture que de mouvement. C’est parce qu’il ne peut pas garder longtemps la même posture que l’enfant éprouve tout le temps le besoin de se déplacer, pendant qu’il fait ses devoirs, qu’il lit, qu’il regarde la télévision. L’enfant n’arrive pas non plus à se fixer mentalement. Rien ne le passionne.

Ces enfants devront être aidés sur quatre plans:

  • Sur le plan médical, le médecin pourra tonifier l’asthénique et prescrire un traitement du rachitisme à l’enfant déficient moteur. Il conseillera aussi une hygiène de vie : air, qualité de nourriture et de sommeil, activités libres…
  • Sur le plan rééducatif : des exercices physiques et respiratoires, ajustés à chaque cas, sont indispensables après un examen médical et neurologique. Ces exercices seront conduits par un rééducateur en psychomotricité.
  • Sur le plan familial : les parents devront avec patience et persévérance encadrer et pousser leur enfant instable afin de lui faire franchir l’étape la plus délicate de son évolution, celle qui va de 8 ans jusqu’à 14 ou 16 ans. Le plus souvent, à 16 ans celui-ci s’épanouira et sera définitivement tiré d’affaire.
  • Sur le plan scolaire, où il conviendra que les enseignants soient à la fois souples et fermes pour accepter l’enfant instable et le faire travailler afin qu’il ne prenne pas de retard scolaire.

L’instabilité psychomotrice

Cette forme d’instabilité se manifeste en général assez précocement. L’enfant se comporte comme un enfant nerveux avec des troubles de l’appétit et du sommeil. Aux alentours de 8 ans, son instabilité s’aggrave. L’enfant bouge sans arrêt, qu’on l’emmène en vacances à la mer, à la montagne ou à la campagne. Son agitation est assez pénible car elle s’accompagne de tics d’angoisse : l’enfant ronge ses ongles, se gratte le nez… La nuit, il dort mal alors que les enfants de son âge dorment merveilleusement leurs neuf heures d’affilée. Son appétit est capricieux alors que les enfants de son âge dévorent. L’instabilité psychique associée à l’instabilité motrice a de particulier que l’enfant arrive à fixer son attention quand quelque chose l’intéresse.

Cette instabilité provoquée par un conflit mal résolu tel un sentiment de rejet, l’insécurité d’un milieu familial perturbé, inaffectif, etc. Elle peut être aussi corrélative à des changements répétés de conditions ou de lieux de vie. L’enfant réagit alors à l’instabilité de son environnement par l’instabilité de son comportement. Vous comprendrez alors que sa guérison sera liée à la guérison du trouble qui en a été à l’origine. Les parents contribueront à diminuer le comportement anxieux et instable en agissant sur sa cause première, mais il sera nécessaire de les soutenir par une psychothérapie de l’enfant. L’indication majeure est donc la consultation d’un psychologue. Des séances de relaxation permettront à l’enfant d’entrer en relation avec le rééducateur par l’intermédiaire de son corps, de maîtriser sa motricité…

Sur le plan de la vie familiale, les parents essaieront également de donner à leur enfant instable psychomoteur de bonnes habitudes d’application, de soin, au besoin en lui fragmentant le travail et en le variant. Ils formeront sa personnalité morale en réfléchissant avec lui à des règles précises.

un enfant instable institutrice

L’instabilité psychique pure

Il est également des enfants instables psychiques purs : bien portants, heureux, souriants, mais qui sont incapables de fixer leur pensée, de poursuivre un but. Ils sont distraits. Ils rêvent d’évasion, de liberté. La régularité de la vie quotidienne leur pèse. Peu émotifs et pas très doués, attirés par le plaisir de la rue, surtout lorsque le milieu familial est indifférent ou maladroit. Ce sont de tels enfants qui commencent vers 8-9 ans à faire l’école buissonnière, parce qu’ils se désintéressent de l’école où ils ne réussissent pas. Plus tard, ils pourront faire des fugues, se livrer au vagabondage.

Si votre enfant est de ceux-là, votre action éducative se centrera autour du mot intérêt. Intérêt que vous manifesterez à votre enfant (évitez le laisser-aller), intérêts personnels que vous vous efforcerez de lui créer pour l’attacher à une réalisation concrète, intérêts esthétiques pour susciter son émotion, intérêts pour l’action que vous opposerez au vagabondage de sa pensée, intérêts pour les autres (rendre service à telle personne âgée, passer un moment avec tel enfant handicapé) qui serviront à son éducation morale, intérêt pour l’école que vous favoriserez en lui apprenant à travailler.

Un enfant instable, quelles conséquences ?

Il faut que vous sachiez que, quelle que soit sa forme, l’instabilité doit être traitée au plus tôt et sur tous les plans, physique, pédagogique, familial, car elle représente une des causes de la délinquance ultérieure de l’adolescent ou de l’adulte, et a un caractère de contagion. Plusieurs instables ensemble s’excitent.

D’autre part, ces enfants qui au début ne sont pas des retardés intellectuels ni des retardés affectifs, peuvent venir grossir le peloton des retardés scolaires si on ne s’occupe pas sérieusement de soigner leur instabilité. Il est à peu près certain en effet qu’ils prendront du retard scolaire et que, n’ayant pas fait les acquisitions de leur âge, ils se trouveront devant des lacunes très difficiles à combler. Ou bien, ils traîneront dans les classes avec des enfants plus jeunes et risqueront de se désocialiser. Leur affectivité demeurée infantile accentue le décalage. Ces enfants auront un niveau scolaire inférieur, et une affectivité bloquée à un stade encore inférieur.

Paradoxalement, si leur instabilité donne quelquefois l’illusion de l’indépendance, ils restent en réalité très infantiles. La conquête de l’autonomie vraie ne leur paraît pas désirable, mais dangereuse ou angoissante car ils n’ont pas la sécurité émotionnelle qui leur permettrait de l’assumer. Par ailleurs, on sait que dès l’âge de raison, la conscience morale se forme sur la base de la réflexion. Or un enfant instable ne réfléchit pas, n’analyse pas. Il juge de façon intuitive, subconsciente. Il conviendra donc aussi de guider sa réflexion, de lui re-décomposer les mécanismes d’une situation pour l’amener à les évaluer. Effort éducatif de longue haleine pour les parents d’un garçon ou d’une fillette instable, mais qui mérite d’être mené avec la collaboration du milieu scolaire, car de belles réussites en marqueront le terme.

3 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *