EducationPédagogie

Voici comment gérer l’indiscipline en milieu scolaire

Depuis que le modèle traditionnel de type monarchique de la classe a été contesté, différentes réponses ont été proposées à la fameuse question : “comment gérer l’indiscipline en milieu scolaire de nos jours?”. Elles ont en commun de considérer qu’un aspect essentiel de l’éducation est la conquête de l’autonomie et que l’autodiscipline est un objectif prioritaire.

gérer l'indiscipline en milieu scolaire

L’évolution du concept de la discipline

Montessori pense que la discipline est le résultat des lois naturelles, des principes de travail et de liberté. Dewey pose comme objectif la formation de citoyens responsables au sein d’une république où les enfants participent à l’élaboration des règles et se sentent responsables de leur maintien. Freinet écrit que la discipline est « la conséquence naturelle d’une bonne organisation du travail coopératif… et qu’il n’y a désordre que lorsqu’il y a des failles dans l’organisation du travail ou lorsque l’enfant n’est occupé à aucune activité qui réponde à ses désirs et à ses possibilités ». Les tenants de la pédagogie institutionnelle considèrent qu’un désordre momentané est une étape indispensable au terme de laquelle le groupe va trouver les modalités institutionnelles qui lui conviennent.

Ces théories ont impulsé une évolution du concept de discipline, de la discipline imposée vers la discipline consentie et l’autodiscipline. Ceci est un progrès, dans la mesure où l’enfant est considéré Comme un sujet et un futur citoyen et où l’on gagne en efficacité, car les règles sont mieux respectées quand les élèves ont l’impression d’y avoir adhéré librement.

Néanmoins, ces théories ne sont pas exemptes de contradictions d’ambiguïtés et elles sont difficiles à appliquer. En fait, l’autodiscipline et l’autonomie sont des objectifs, non des points de départ et vraisemblablement des objectifs à long terme. C’est d’ailleurs presque une contradiction dans les termes que de parler d’un enfant autonome car l’autonomie est précisément une des caractéristiques principales de l’adulte. La première éducation consistera toujours à poser des limites. En classe, l’enfant doit avoir la certitude qu’on ne peut pas faire n’importe quoi et que l’enseignant est garant de ce qui se passe. L’enseignant fera certainement le nécessaire pour gérer l’indiscipline en milieu scolaire. En fait, l’autorité de l’adulte lui donne la sécurité dont il a besoin pour pouvoir travailler.

Promouvoir la conception citoyenne des règles de vie

Les règles sont d’abord conçues par les jeunes enfants comme des frontières imposées de l’extérieur et indiscutables. Mais elles sont acceptées dans la mesure où elles émanent d’un adulte aimé et admiré. Expliquer aux enfants, dès le plus jeune âge, les raisons pour lesquelles on les leur impose, les aide à faire évoluer cette conception et à prendre conscience qu’elles ne sont pas l’expression d’un désir arbitraire de l’adulte mais ont une justification rationnelle.

L’école vise à amener les enfants vers une conception citoyenne des règles et des lois. Une conception de type juridique selon laquelle une loi est un accord négocié au sein d’un groupe afin de vivre au mieux. L’enfant doit comprendre que cet accord est modifiable mais qu’une fois conclu, il s’applique à tous de la même façon. Et que celui qui transgresse la règle, en violant les droits d’autrui fragilise aussi ses propres droits.

Échanger avec les élèves sur les droits et les devoirs de chacun. Et élaborer avec eux une liste de quelques règles de vie et de fonctionnement fondamentales les aide à construire cette nouvelle conception de la loi. Les règles autour desquelles on construit la vie de la classe doivent être peu nombreuses, claires et précises. Ce sont des règles de civilité, de contrôle du langage, des règles instituant le principe selon lequel le dialogue doit remplacer les insultes et les bagarres et quelques règles concernant le travail.

La sanction, une nécessité pour réaffirmer la règle

En cas de transgression, la sanction est une nécessité pour réaffirmer nettement la règle qui a été bafouée. Faute de quoi le groupe risque rapidement de se désorganiser. Néanmoins, l’utilisation des sanctions pose problème. Les psychologues béhavioristes avaient déjà montré que les punitions ne sont pas vraiment efficaces et qu’elles ont des effets secondaires néfastes. Ils avaient suggéré d’employer de préférence d’autres procédures pour lutter contre les comportements indésirables telles que l’extinction (suppression de la récompense qui semble attachée à ces comportements et qui contribue à les maintenir : c’est souvent l’attention même que l’adulte leur porte), ou la récompense de comportements désirables incompatibles avec le comportement indésirable.

Les instructions officielles réglementent aussi étroitement l’utilisation des punitions. Mais, il y a un écart important entre la théorie et la pratique. On voit malheureusement encore souvent à l’école maternelle des bambins de 3-4 ans régulièrement privés d’utiliser les jeux à la récréation en punition d’un comportement perturbateur ou agressif en classe. Ces punitions à répétition deviennent entre l’enseignant et l’élève une sorte de rite totalement inefficace qui ne peut conduire qu’à un dégoût précoce de l’école.

indiscipline en milieu scolaire

Utiliser un système finement gradué des sanctions pour gérer l’indiscipline en milieu scolaire

Il est normal que les enseignants soient mal à l’aise face à la question des sanctions car elle est difficile. D’une part on ne peut ignorer les transgressions et celles-ci, dans certaines classes, sont nombreuses. D’autre part, les sanctions doivent rester exceptionnelles sous peine d’inefficacité et d’effets nocifs. Certains auteurs recommandent, pour clarifier ces situations d’utiliser un système de sanctions finement gradué qui prévoit les infractions les plus courantes, qui est rendu public et peut même être élaboré avec les élèves. L’avantage d’un tel fonctionnement est qu’il évite les sentiments d’arbitraire et d’injustice.

Il peut être adapté pour la violation des règles de travail (n’avoir pas fait un exercice, ne pas avoir appris sa leçon). Mais est plus difficilement utilisable lorsque ce sont des règles de comportement qui sont violées. Il a aussi l’inconvénient de n’être pas sensible aux circonstances particulières de l’infraction qui pourraient justifier une modulation de la sanction. La peine fixée à priori neutralise le caractère éducatif de la sanction. En effet, ce qui est éducatif c’est de réfléchir avec l’enfant sur la transgression et ses conséquences, de l’écouter et de lui expliquer ce qu’on refuse afin qu’il puisse faire un retour sur lui-même.

Faute de pouvoir proposer une liste de sanctions recommandables on peut souligner quelques caractéristiques des sanctions qui prétendent avoir des vertus éducatives. Elles ne sont pas humiliantes. Elles incluent une procédure de réparation.

La prévention de l’indiscipline, l’alternative idéale pour gérer l’indiscipline en milieu scolaire

L’idéal est que le climat de la classe soit tel que les infractions aux règles et par conséquent les sanctions soient rares. On dit d’un maître qui parvient à instaurer une telle situation qu’il a de l’autorité. C’est en effet dans la prévention de l’indiscipline qu’il y a des différences entre les enseignants. Il est erroné de penser que l’autorité est essentiellement une affaire de personnalité de l’enseignant. D’une part, les compétences relationnelles, comme les autres compétences sont susceptibles de s’acquérir. D’autre part le maintien de la discipline en classe est surtout une affaire d’institution et de gestion pédagogique.

Une des raisons de l’augmentation des problèmes de discipline est l’affaiblissement général des normes au sein de l’institution scolaire. Les établissements efficaces, non seulement du point de vue de la discipline mais aussi du point de vue des apprentissages sont ceux qui, pour diverses raisons (milieu privilégié, volonté de la direction), parviennent à élaborer un règlement commun qui reçoit une adhésion forte de chacun des enseignants.

D’autre part, les travaux récents d’observation du fonctionnement de classes différentes confirment l’intuition de Freinet. Les modalités d’organisation du travail sont la variable la plus déterminante pour le maintien de l’ordre dans la classe. Evertson et Emmer identifient des enseignants qui sont des bons organisateurs et d’autres qui sont de mauvais organisateurs. Les premiers se caractérisent par le fait qu’ils établissent clairement les règles. Ils donnent des directives précises, formulent explicitement leurs attentes à l’égard du comportement des élèves, leur répondent de manière cohérente et réagissent rapidement aux écarts. Les mauvais organisateurs utilisent des règles vagues qui ne peuvent être consolidées. Ils donnent des directives imprécises, communiquent leurs attentes de façon ambiguë, ignorent souvent les écarts des élèves, n’indiquent pas leurs conséquences et y réagissent avec lenteur et incohérence.

Articles similaires

7 commentaires

  1. Je dois faire partie des mauvais organisateurs! En effet, dans ma classe de cm, j’ai quelques enfants qui ne respectent rien. Ils parlent sans cesse et coupent la parole, s’agitent dés qu’il y a une ouverture…On a mis en place un conseil d’élèves. les remarques ne mènent à rien.
    Parfois la punition tombe en demandant à l’enfant qu’il réfléchisse à ce qui ne va pas mais ça ne marche que 2 jours. Bref, je m’épuise à chercher des solutions. Ce que j’ai lu de votre article, je l’ai lu et relu mais certains enfants , dont des hyper actifs, semblent n’avoir aucune limite depuis des années.
    Que pouvons nous faire dans ce cas?

    merci de votre aide.

    1. pour que la classe puisse travailler dans le calme, il faut exiger le respect impératif de certaines règles :
      1- La prise de parole: les élèves doivent lever la main pour demander la parole et attendre que celle-ci leur soit donnée. D’ une part, la parole circule et l’on écoute celui qui l’a obtenue. D’autre part, l’enseignant doit ignorer celui ou celle qui parle sans l’obtenir et on lui fait ensuite la remarque….
      2- Organiser les déplacements : ceux-ci doivent être justifiés par exemple : (aller chercher un dictionnaire, une fiche de travail…) et réglementés (pas de bruit, on ne va pas déranger ou parler à un autre camarade). ainsi, on prend place et on se prépare à travailler en silence. Pour cela, prévoir une activité rapidement, ne pas laisser les élèves dans l’attente. Cette courte activité peut éventuellement être notée sur quelques points.
      3- Le respect des règles communes: respecter les règles de vie de la classe, c’est permettre un bon fonctionnement de la classe, pour que l’enseignant puisse bien travailler. Sans règles, tout le monde ferait ce qu’il veut. L’enseignant ne doit pas tolérer les transgressions des règles communes.
      ·*Renforcez chez l’élève le respect des droits et des devoirs est la condition indispensable au bon fonctionnement de la classe difficile. la charte, les règlements, et les sanctions sont un ensemble de repères qui organisent la classe difficile. La sanction doit être prise suite á la transgression d’une règle.

      1. Du coup quelles sanctions donnez-vous par exemple si un enfant se lève ou parle sans avoir la parole ? S il donne une tape à un camarade en passant derrière ??

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!

Adblock détecté

Veuillez désactiver Adblock sur votre navigateur. Merci