L’école comme lieu de vie

L’école est une microsociété dont les règles sont clairement définies mais c’est aussi un lieu de vie. Certains élèves y passent chaque jour plus de 8 heures, s’ils participent à la garderie du matin, à celle du soir et au repas de midi.

L’école

Soigner ce cadre de vie

Le rôle de l’équipe pédagogique sera de soigner ce cadre de vie, tant au niveau de l’entretien, de la propreté, des décors qui peuvent y figurer, mais aussi des relations entre tous les utilisateurs. Les élèves sont très sensibles à l’atmosphère qui règne entre les différents acteurs. La cour de récréation peut être fleurie. Les enfants seront d’autant plus attentifs à la fragilité des plantes qu’ils auront participé à leur plantation et à leur entretien. Bénéficier de toilettes propres, de papier disponible, d’essuie-mains changés régulièrement permet que les élèves respectent ce lieu.

Plus les élèves seront impliqués dans l’organisation et la vie de l’école, plus ils respecteront ce lieu de vie, plus ils s’investiront dans les actions collectives qui leur sont destinées. Il ne faut pas les transformer en de simples consommateurs d’école. Faites connaître aux parents toutes les actions qui améliorent la qualité de vie de l’école. Les couloirs, les murs du préau ou de la salle de restauration peuvent être de manière permanente des lieux d’exposition des travaux d’élèves. Une organisation de l’équipe pédagogique doit permettre à chaque classe d’avoir sa période d’exposition.

Lieu centre du quartier

A la campagne ou au centre d’une grande ville, l’école est le centre du village ou du quartier. En effet, les élèves qui y sont inscrits habitent pour la plupart tout près de l’école, leurs parents y tiennent des commerces ou y habitent, et il devient le lieu où ils se rencontrent lorsqu’ils accompagnent ou viennent chercher leurs enfants. C’est aussi le lieu où, souvent, ils accomplissent leurs devoirs électoraux.

Sachez que la réputation de l’école se fait sur le trottoir, devant le portail où de nombreux parents arrivent avant l’heure et échangent des informations ou des opinions sur les maîtres et sur l’atmosphère qui règne dans l’établissement. Aussi, avec le directeur de l’école, pensez à soigner ces moments de rentrée et de sortie, pensez aussi à soigner les affichages sur les panneaux d’information à destination des familles.

Dites un mot, souriez, saluez les parents de votre classe, sans vous laisser happer par ceux qui ont toujours quelque chose à vous demander sur la tenue de leur enfant. Faites leur comprendre avec élégance que la porte de l’école n’est peut-être pas le meilleur lieu pour échanger avec sérieux. L’école sera souvent aussi le centre du village ou du quartier lors des fêtes qu’organiseront la municipalité et les diverses associations sportives ou culturelles.

Rituels spécifiques à ce lieu

De même que l’éducation à la maison s’appuie sur des rituels pour le déroulement de la journée (se laver les dents, prendre sa douche, se laver les mains avant de passer à table, embrasser ses parents avant d’aller au lit, écouter une histoire avant de s’endormir…), de même des rituels seront indispensables à l’école.

Quelle définition donnerions-nous au mot « rituel » dans le cadre de l’école ?

Un rituel est une action que l’individu fait sans avoir à réfléchir. Il n’est ni possible ni nécessaire de l’expliquer. Elle va de soi. Parmi les rituels pratiqués à l’école, on peut citer :

  • accrocher son vêtement au portemanteau
  • passer aux toilettes avant d’entrer en classe pour les maternelles
  • remplir son carnet de correspondance
  • se mettre en rangs lors des déplacements
  • se laver les mains avant d’aller au restaurant scolaire
  • lever la main pour demander la parole
  • s’installer sur un tapis pour écouter une histoire…

C’est à force de répétitions, d’insistance, de persévérance que ces actions seront ritualisées. Elles feront alors partie de ces non-dits qui montrent qu’une classe est bien prise en main, une classe dans laquelle on a du temps pour les choses essentielles.

L’école lieu de travail et jeu

Lieu intégrant travail et jeu

Bien que l’école, en particulier la classe soit un lieu de travail, on doit utiliser très souvent les jeux lors des exercices d’apprentissages. L’enfant est sûrement à l’école pour travailler, mais de façon ludique. Il est nécessaire de définir quelles sont les conditions pour qu’une activité soit vraiment un jeu.

La règle est indispensable pour la structuration du jeu. Si la règle n’est pas explicite, l’enfant en inventera une. L’incertitude du résultat est l’essence même du jeu. On ne sait pas si on va gagner ou perdre, et c’est ce qui fait l’intérêt du jeu. L’école maternelle est ce lieu privilégié où l’enfant bénéficie de « coins ». C’est là qu’il s’installe dans un monde fictif, il imite l’adulte et se construit. En découle l’importance de l’aménagement de la classe, qui réservera des lieux, des temps, des objets qui inciteront l’élève à créer et donc apprendre.

Lorsque vous proposez à des élèves des parties de dominos (pour reconnaître les constellations des chiffres), des parties avec des cartes sur lesquelles des nombres sont inscrits (pour aborder la notion de plus grand, plus petit), vous devez annoncer aux élèves que vous présentez un exercice sous une forme ludique mais que l’objectif est bien un apprentissage.

Le fait de jouer avec les élèves vous aidera à comprendre leur personnalité et vous donnera souvent des informations sur leurs échecs ou leurs réussites dans les exercices scolaires, mais aussi dans leurs relations aux autres.

Enfin, il y a le jeu d’équipe que l’on va trouver en éducation physique et sportive, et qui constitue une activité dans laquelle de nombreuses compétences seront mises en jeu : esprit d’équipe, implication, sens du jeu, respect des règles, prises de responsabilité…

Règles de vie à l’école

Il est fréquent qu’à l’école un certain nombre de règles de vie soient élaborées avec les élèves. Ces règles ne sont applicables que dans la classe. II n’est pas possible qu’elles concernent la vie dans l’école, à moins qu’un projet d’école ait élaboré une instance (conseil des élèves par exemple) ayant le pouvoir de faire des propositions sur la vie dans l’école. Cette instance traite souvent les conflits d’utilisation de la cour pendant les récréations, l’aménagement de l’école, la protection et l’assistance des plus jeunes par les plus anciens dans la cour, au réfectoire…

L’élaboration des règles par les élèves et leur affichage est une médiation importante qui montre que l’autorité n’est pas arbitraire mais qu’elle répond à des problèmes de sécurité, à des invitations à vivre ensemble en harmonie, à des facilitations de la tâche de chacun, au respect de l’autre et de son travail…

Parmi ces règles de vie, on peut citer :

  • « Ramassez les papiers avant de quitter la classe » : cette simple règle de vie relève du respect du lieu de travail et du respect des agents de service qui assurent l’entretien des locaux.
  • « Je prends la parole à mon tour, quand on m’y invite » : il s’agit ici du respect de la parole de l’autre, assorti du respect de celui qui donne la parole.
  • « Je ne mets sur ma table que les objets nécessaires pour la leçon » : nous sommes alors devant un problème d’organisation.

Qui dit règles dit éventualité de sanctions pour celui qui y faillirait. Mais, ne vous laissez pas entraîner dans le processus « non-respect de la règle vaut sanction ». Privilégiez le dialogue et la persuasion, et n’utilisez la réprimande que lorsque c’est nécessaire.

1 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *