Les sources d’influence en enseignement

Bien sûr, nous n’avons pas encore toutes les réponses, mais nous en connaissons certaines. Si elles sont utilisées, l’enseignant a plus de chances que la matière et les activités qu’il enseigne suscitent l’approche plutôt que l’évitement. Le succès ne saurait être garanti, simplement parce que le professeur ne contrôle pas tous les éléments d’influence. Ses efforts les meilleurs peuvent être neutralisés par des forces plus puissantes que celles qu’il contrôle. Il n’est pas moins vrai que l’éducateur a plus de chances de réussir s’il utilise les réponses connues, que s’il les néglige.

Les aptitudes innées d’une personne influencent le genre d’activité dans lequel elle s’engage, le genre d’objets et de situations qu’elle recherche. Mais bien qu’elle ait peut-être un faible pour les domaines où elle excelle, ses tendances seront surtout influencées par les événements du monde qui l’entoure. Elles seront modelées par les attitudes de ceux qu’elle rencontre, par les sujets abordés et ses expériences, et par les conséquences de ses propres actes.

Les gens passent beaucoup de temps à essayer d’influencer autrui. Ils exhortent, discutent, expliquent, charment, séduisent généralement dans l’espoir d’agir sur le comportement de leurs semblables. Parfois ils réussissent et parfois ils échouent. Il leur arrive aussi d’avoir du succès là où ils le désirent le moins. D’où l’expression: « Ne faites pas ce que je fais, faites ce que je dis. »

Une matière favorite, une moins aimée, pourquoi ?

Utilise ces boutons pour naviguer

1 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *